premium 1
premium 1 mobile
seth rogen et james franco font fumer une chenille

Les millennials fument moins de cannabis, mais sont plus accros

Le 9 févr. 2018

Selon l’Observatoire français des drogues et des toxicomanies, la consommation de cannabis des jeunes de 17 ans a atteint le niveau le plus bas jamais enregistré (la première édition de l’étude date de 2000).

Les Français font partie du peloton de tête en matière de joints (il n’est pas question ici de plomberie), selon l’étude ESCAPAD 2017 de l'Observatoire français des drogues et des toxicomanies (OFDT). Malgré cette première place, la consommation de cannabis est en très net recul chez les jeunes.
40 %
Près de 4 adolescents sur 10 ont déjà fumé du cannabis (39,1%). En 2002, ce pourcentage atteignait les 50%.
Il n’est pas uniquement question des individus ayant essayé, tous les indicateurs font état d’une baisse : usage dans l’année, usage régulier, âge de l’expérimentation

Un recul généralisé

31.3 %
Au cours de l’année, 31,3 des individus sondés ont allumé un joint. En 2016, ce chiffre s’élevait à 38,2%.
Du côté de l’usage régulier, la baisse est moins significative mais elle est présente avec un recul de 2 points (de 9,2% de consommateurs quotidiens à 7,2%). La plupart de ces consommateurs sont masculins avec 9,7% d'hommes contre 4,5% de fumeuses régulières.

Les chiffres concernant l’expérimentation chez les filles sont également notoires (baisse de 10 points contre 7 chez les garçons). Seule constante depuis le lancement de l’étude en 2000 : l’âge de l’initiation au cannabis qui se maintenant à 15 ans.

Mais où s'approvisionnent-ils ?

Parmi les jeunes consommateurs, la grande majorité préfère fumer de l’herbe (66,7%) et non de la résine de cannabis. Par ailleurs, 4,9% des sondés déclarent faire pousser de la marijuana. Un comportement extrêmement minoritaire puisque la plupart des jeunes consomment du cannabis en groupe (69,8%). Il n'y a donc qu'un seul acheteur pour plusieurs fumeurs.

La deuxième source d’achat majoritaire est constitué par le réseau d’amis et de proches (54,4%). 37,5% des jeunes de 17 ans ont régulièrement recours au même dealer alors que 25,9% des sondés font appel à un inconnu.

Si ces résultats permettent de déterminer les grandes tendances de l’approvisionnement chez les jeunes, ils ne sont pas exclusifs.

36.4 %
38,7% des jeunes de 17 ans disent multiplier les modes d’approvisionnement alors que 36,4% des individus interrogés ne fument que grâce au partage entre amis de cannabis et donc, n’achètent jamais.
81.8 %
Chez les fumeurs réguliers, la quasi-totalité fait appel à un vendeur habituel (81,8%).

La dépendance grimpe

Si le nombre d’usagers réguliers est en légère baisse (de 2 points), la dépendance serait en hausse. Depuis 2011, l’OFDT utilise un outil de repérage des individus dépendants via un questionnaire de six questions en deux étapes, le CAST (Cannabis Abuse Screening Test). Les chiffres de cette année sont inquiétants :
24.9 %
En 2017, 24,9% des adolescents de 17 ans présenteraient un risque élevé d’usage ou de dépendance au cannabis.
Ce chiffre est plus élevé que celui de 2014 (21,9%), année de recrudescence de l’usage du cannabis. Encore une fois, la part d’usager à risque est plus élevée chez les garçons : 29,1% contre 19,5%.

Globalement, l’expérimentation et l’usage du hachich recule par rapport à 2014. Cette tendance rejoint celle du tabagisme, en forte baisse aussi en 2017 : seulement 59% des jeunes de 17 ans ont déjà fumé (cigarettes, e-cigarettes, cigarillos, narguilé…) contre 68,4% il y a un an.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.