habillage
premium1
premium1
millennial

Les millennials et leur rapport au travail

Le 2 mars 2017

80% des Millennials  déclarent avoir fait au moins un compromis en acceptant leur poste actuel et 60% se disent envieux des conditions d’entrée dans le monde du travail qu’ont connu leurs parents. Une étude signée Monster menée par l'Institut YouGov.

Les Millennials français, des entrepreneurs en herbe

Si ils avaient le choix, 50% des Millennials français opteraient pour un statut de freelance, comme leurs voisins germaniques. 47% envisagent de créer leur propre entreprise. La tendance est nettement plus marquée en France qu’aux Pays-Bas (37%), en Allemagne (31%) ou au Royaume-Uni (30%).

18% à se projettent concrètement dans un projet de freelance ou d’entreprenariat pour les années à venir. Leurs homologues néerlandais (9%), britanniques (8%) et allemands (5%).

L’entreprise qui leur conviendrait le mieux devrait être réputée établie à l’international (16%). 15% souhaitent évoluer dans une entreprise qu'ils auraient eux-même fondée, 12% dans une société d'échelle locale.

27 %
sont en effet prêts à consentir à un salaire inférieur

Contrairement aux clichés, une génération prête à faire des compromis

Les Millennials sont capables de faire de nombreuses concessions : alors que 69% des Français déclarent en avoir fait pour obtenir leur poste actuel, le chiffre monte à 80% chez les 18-36 ans.

27% sont en effet prêts à consentir à un salaire inférieur, 23% à ne pas travailler dans le secteur d’activité envisagé et 23% à accepter un poste aux perspectives d’évolution limitées. Les Millennials français sont les plus nombreux à déclarer avoir fait des compromis contre 61% de leurs homologues anglais, 57% en Allemagne et 56% aux Pays-Bas.

Les sites d’emploi plébiscités par les Millennials

Plus d’un Millennial européen sur deux recherche un emploi. 61% des répondants adoptent les sites d’emploi pour leurs recherches, devant les sites carrière des entreprises (47%). Ils utilisent, en troisième choix, les moteurs de recherche Internet : 32% pour les Français, 33% pour les Néerlandais et 46% chez les Britanniques. Les Allemands font exception sur le search : ils sont 34% à préférer directement rencontrer les employeurs pour leur faire part de leur candidature.

E-réputation et recrutement : la prise de conscience des Millennials français

58% des Millennials pensent que « Googleliser » un candidat avant de le rencontrer est devenu monnaie courante pour les recruteurs : résultat logique si l’on considère que les 18-36 ans  ont rapidement cerné les atouts comme les dangers des nouveaux moyens de communication. Ils sont ainsi 67% à estimer que les recruteurs pourraient refuser un entretien d’embauche, suite à une recherche internet sur un candidat. La Génération X et les Baby-boomers sont eux moins soucieux de leur e-réputation : ils ne sont que 49% et 29% à avoir conscience de son importance.

Un plan de carrière bâti au hasard des opportunités

30% des Millennials français déclarent majoritairement que leur choix de carrière est le fruit du hasard. Ce chiffre reste limité face aux Millennials anglais, 54% à faire la même affirmation, devant les Néerlandais (33%) et les Allemands (28%).

Le deuxième critère de motivation cité est le salaire (25%). Les centres d’intérêts ou hobbies n’arrivant qu’en troisième position (24%), juste devant l’influence familiale (23%) qui est en revanche cité en premier par les Millennials allemands (35%).

Les Millennials, accordent aussi beaucoup d’importance à l’avis de leurs proches: Français et Allemands sont les premiers européens à faire appel à leur(s) meilleur(s) ami(s) pour leur recherche d’emploi, respectivement 24% et 28% des sondés.

60 %
des Millennials français sondés se disent envieux des conditions d’entrée dans le monde du travail qu’ont connu leurs parents.

Les Millennials français, une génération envieuse de ses aînés

60% des Millennials français sondés se disent envieux des conditions d’entrée dans le monde du travail qu’ont connu leurs parents. Une particularité française, puisque les Millennials britanniques ne sont que 34% à partager ce sentiment, les Allemands que 33% et seuls 27% des Néerlandais.

Contrairement aux idées reçues, une génération fidèle à son entreprise

69% des 18-36 ans français se déclarent globalement satisfaits de leur poste actuel (contre 67% au Royaume-Uni). Une fois dans l’entreprise, plus des 2/3 des Millennials français sont globalement satisfaits de leur poste (69%) et seulement un quart d’entre eux (26%) déclare avoir recherché une nouvelle opportunité professionnelle au cours des six derniers mois.

Les Millennials français ou le travail sans frontières

Les Millennials français sont à 44% intéressés par une expérience professionnelle à l’étranger (soit 12 points de plus que la moyenne nationale) et ils sont plus d’un sur dix (13%) à avoir la chance d’en posséder déjà une. Si les difficultés sont nombreuses pour être recruté, près d’un Millennials sur 5 (19%) se dit prêt à quitter la France s’il ne trouve pas d’emploi.

A 38%, les Millennials français perçoivent l’appartenance de leur pays à l’Union Européenne comme une véritable chance pour leur carrière qui pourra faciliter leur mobilité géographique.

Cette « envie d’ailleurs » est également partagée par les Britanniques (40%), mais reste bien moins forte chez les Millennials allemands (27%) et néerlandais (24%).

Pierre Le Tallec - Le 2 mars 2017
premium2
premium2

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.