actu_27209_vignette_alaune

Femmes dirigeantes : quelle influence ?

Le 3 juill. 2015

Weber Shandwick a publié une étude démontrant l'influence des femmes dirigeantes sur une société : avoir une femme à la tête d’une entreprise influe sur l’état d’esprit des femmes cadres et leur disposition à rester dans leur entreprise.

Dès lors que les femmes cadres travaillent pour le compte d’une femme PDG, leur implication au sein de l’entreprise grimpe de 29%. Ces résultats sont loin de témoigner d’une réelle égalité des sexes pour exercer un poste à responsabilité ; ils indiquent le rôle important que jouent les femmes dirigeantes d’aujourd'hui pour briser le plafond de verre au profit de la prochaine génération.

« Notre recherche indique que lorsque les femmes travaillent pour des femmes PDG, elles ont plus d’ambition à devenir un jour à leur tour chef d'entreprise », commente Gail Heimann, Présidente de Weber Shandwick. « Ces résultats conduisent à la conclusion indéniable que si nous souhaitons une réelle égalité des sexes au sommet de l’entreprise, nous devons promouvoir plus de femmes à des postes de direction et nous engager à le faire dès aujourd’hui ».

Le volet sur les femmes de l’étude CEO Reputation Premium Différences et similarités vient compléter les résultats de l’étude The CEO Reputation Premium: Gaining Advantage in the Engagement Era, menée par Weber Shandwick avec KRC Research et publiée en Mars 2015. L'étude est basée sur un sondage réalisé en ligne auprès de plus de 1 750 cadres supérieurs dans 19 pays en Amérique du Nord, en Europe et en Asie-Pacifique. Dans ce nouveau volet, nous proposons un aperçu de la façon dont les PDG (hommes ou femmes) sont perçus par leurs collaborateurs.

 

L'influence de la réputation des femmes PDG

L'étude principale a montré que la réputation d’un PDG est importante pour le succès d'une organisation ; elle représente l’un des atouts les plus précieux de l’entreprise et un avantage concurrentiel indéniable. La contribution d’un PDG à la bonne réputation de son entreprise et de sa valeur sur le marché est pratiquement identique selon qu’il s’agisse d’un homme ou d’une femme.

 

Avoir une femme à la tête d’une entreprise influe sur l’état d’esprit des femmes cadres. Ces dernières se disent en effet plus disposées à rester dans leur entreprise dès lors qu’elle est dirigée par une femme ; tandis que les cadres masculins affirment que le facteur du genre importe peu sur cette décision.

 

L’influence de la réputation des PDG

 

Hommes cadres

Femmes cadres

Femmes cadres dirigées par des femmes

La réputation du PDG influence la décision de vouloir rester au sein de l’entreprise

54%

64%

70%

 

« Nous avons été ravis de constater que le genre du dirigeant n’a pas d’incidence sur la réputation de l’entreprise ou sur sa valeur sur le marché » déclare Arnaud Pochebonne, Directeur Général France et Vice-Président Exécutif EMEA.

 

Avoir des modèles de référence joue un rôle important

L’une des opinions largement partagées par les cadres (et ce quel que soit leur genre) est l’importance de voir se développer la parité homme/femme à la tête de l’entreprise. 7 répondants sur 10 (69%) partagent ce point de vue.

Sans surprise, les femmes sont beaucoup plus nombreuses que les hommes à avoir cette conviction (respectivement 84% contre 60%).

 

Selon 50% des hommes et 58% des femmes, l’un des principaux facteurs pour accroître le nombre de femmes PDG est de créer plus de modèles de références et de mentors féminins. Le mentorat est de plus en plus perçu comme un moyen fiable d'aider les femmes à obtenir des postes plus élevés et constitue une initiative de plus en plus observée dans de nombreuses sociétés.

 

Les aspirations à devenir PDG sont différentes selon les régions du monde

Lorsqu’on s’intéresse de plus près aux aspirations à devenir PDG, il existe d’importantes différences parmi les régions du monde. Les femmes cadres Nord-Américaines se désintéressent du poste de PDG, avec une large majorité d’entre elles (68%) réfutant toute volonté de devenir un jour PDG d’une grande entreprise.

Les femmes européennes se prononcent sensiblement de la même manière, 39% d’entre elles ne souhaitant pas atteindre le poste de PDG contre seulement 22% affichant une telle volonté.

Les femmes d'Asie-Pacifique sont divisées sur le sujet, la moitié d'entre elles (51%) aspirant à « peut-être » devenir PDG.

 

Qui souhaite devenir PDG d’une entreprise ?

Voudriez-vous devenir PDG d’une grande entreprise?

Cadres d’Amérique du Nord

Cadres européens

Cadres d’Asie Pacifiqie

Hommes

Femmes

Hommes

Femmes

Hommes

Femmes

%

%

%

%

%

%

Oui

22

9

25

22

37

27

Non

51

68

39

39

23

22

Peut-être

27

23

37

39

40

51

 

NB : Les pourcentages ne peuvent pas atteindre la somme de 100% à cause des arrondis décimaux.

 

Contribuer à la réputation des femmes dirigeantes

Pour convaincre les femmes d’accéder au poste de dirigeant, les entreprises doivent prendre davantage de mesures pour les y encourager. Si les entreprises veulent bénéficier pleinement des contributions de ces femmes, elles doivent veiller à constituer un réseau de talents.

 

Cliquez ici pour visualiser le rapport complet sur l’étude.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.