premium 1
premium 1 mobile
actu_26611_vignette_alaune

Concours de caricatures en Iran

Le 29 mai 2015

L’Iran lance un concours de caricatures ciblant directement Daesh et son appétence pour les atrocités. L’humour, véritable espace de liberté en Iran ?

Le 24 janvier 2015, deux semaines après les attentats de Charlie Hebdo, le quotidien Tehran Times annonçait le lancement d’un concours international de caricatures autour de l’holocauste. L’objectif de cette initiative orchestrée par deux organismes culturels iraniens, était selon eux de « protester contre les caricatures insultant le prophète Mahomet par l’hebdomadaire satirique français Charlie Hebdo ». Un concours fortement critiqué par Israël et les organisations juives notamment, d’autant plus qu’il survenait juste après les évènements dramatiques de Paris. Pourtant, il ne s’agissait pas du premier concours de ce type en Iran. Le même avait déjà été lancé en 2006 en réaction aux caricatures de Mahomet, initialement parues dans le journal danois Jyllands Posten et repris Charlie Hebdo. Objectif affiché à l’époque : « dénoncer l’hypocrisie occidentale ».

Récemment, l’IRNA (agence de presse iranienne) via Iran Cartoon, a annoncé l’organisation d’un nouveau concours avec pour cible Daesh. Il s’agit cette fois-ci de représenter sous forme de caricature la vraie nature de l’Etat islamique. Une manière pour l’Iran de faire passer un message à ses détracteurs : notre pays est capable de rire de tout.

Selon Mohammad Habibi, le secrétaire exécutif du concours, les œuvres sélectionnées seront affichées dans quatre centres culturels à travers Téhéran. Il a d’ailleurs déclaré : « L'État Islamique cherche à s’associer à l'Islam, mais en substance, n'a aucune idée de ce qu’est l'Islam ». Depuis le début du concours, 800 soumissions ont été envoyées de plus de 40 pays à travers le monde comme le Brésil, l’Australie et l’Indonésie. Le nom du gagnant a été annoncé hier.

Parmi les caricatures, on trouve celles d’Abou Bakr al-Baghdadi, « calife » autoproclamé du groupe Daesh : sa barbe y est représentée acérée et sanglante. Dans une autre, il prend un bain de sang.

 

Source : http://www.independent.co.uk/

 

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.