habillage
premium1
premium1
actu_29053_vignette_alaune

Comment les salariés perçoivent les lanceurs d’alerte ?

Le 3 déc. 2015

Quel est le regard des salariés sur les « lanceurs d’alerte » et sur la corruption en entreprise ? Harris Interactive dévoile les résultats de son étude pour Transparency International France et Tilder.

Ce qu'il faut retenir :

-          Les salariés associent la corruption en entreprise en premier lieu à l’argent et dans une moindre mesure à un jugement moral négatif. De plus, ils mettent plus souvent en cause les dirigeants de l’entreprise que leurs collègues salariés.

-          Les pots-de-vin, les détournements de fond, la falsification de documents et la fraude fiscale constituent les actes les plus fréquemment associés à la corruption en entreprise par les salariés.

-          Témoins d’un acte de corruption sur leur lieu de travail, 83% des salariés en parleraient. 63% d’entre eux en parleraient en interne quand 38% en parleraient en externe. Les premiers privilégieraient leurs collègues (39%), alors même qu’ils n’ont pas « compétence » pour agir, plutôt que leurs supérieurs hiérarchique (32%) tandis que les seconds préfèreraient se tourner vers des associations ou des organismes spécialisés (22%), des acteurs étatiques comme la police (16%) ou le procureur de la république (13%).

-          La majorité des salariés déclarant qu’ils seraient prêts à en parler ne le ferait qu’en cas de garantie de confidentialité ou d’anonymat. Cette garantie constitue même une condition nécessaire pour 20% d’entre eux. Les salariés qui en parleraient le plus librement, bien que minoritaires (18%), sont souvent les plus « protégés » (par leur statut, leur âge, leurs revenus…).

-          Le sentiment d’une faible portée de cet acte (40%) et la peur des conséquences (39%) apparaissent comme les principaux freins empêchant de libérer la parole des salariés face à un acte de corruption, évoqués par les 15% de salariés qui déclarent qu’ils ne parleraient pas d’une telle situation.

Retrouvez l'étude complète

Sylvie le Roy - Le 3 déc. 2015
premium 2

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.