habillage
premium1
premium1
51

Les boss pas encore convaincus par la data

L'ADN
Le 4 janv. 2017

Pour 7 dirigeants sur 10, l’utilisation de la donnée accroît le risque de réputation de leur entreprise ; il est donc prioritaire de sensibiliser le top management à l’analytique prédictif.

KPMG a interrogé, avec Forrester, 2 165 dirigeants dans le monde (dont 250 français) sur leur confiance dans l’analyse prédictive des données. Ce que l’on retient :

Moins d’un dirigeant français sur quatre se dit confiant dans l’efficacité des données utilisées par son entreprise

Pourtant l’analyse des données est de plus en plus perçue comme un véritable actif au service de la stratégie et de la performance de l’entreprise. Près de la moitié des dirigeants interrogés l’utilisent pour analyser les données clients existantes, trouver de nouveaux clients et développer de nouveaux produits et services.

Les dirigeants français sont les plus enclins à établir des plans de développement sur l’analyse prédictive (45 % vs. 24 % dans le monde) et la visualisation exploratoire (49 % vs. 21 % dans le monde).

Mais s’agissant de l’usage des données pour améliorer la prise de décision, l’écart de compétitivité se creuse entre les entreprises françaises et le reste du monde, notamment dans les domaines suivants : compréhension du contexte d'usage d'un produit (51 % vs. 70 % dans le monde), suivi des marques sur les réseaux sociaux (48 % vs. 67 % dans le monde), maintenance des actifs (51 % vs. 65 % dans le monde).

Seuls 23 % des dirigeants français sont confiants dans l’efficacité des données utilisées.

Plus particulièrement, les dirigeants français n’ont pas confiance dans la capacité de leur entreprise à gérer efficacement les processus analytiques. Alors que plus de la moitié d’entre eux (56 %) estime disposer des outils et technologies adéquats pour atteindre les objectifs fixés, seulement 4 sur 10 pensent utiliser efficacement leurs données pour accroître leur compétitivité.

23 %
seulement des dirigeants français sont confiants dans l’efficacité des données utilisées

Tous ne voient pas encore les bénéfices concrets : ils ne sont que 58 % à considérer que l’analyse de données a permis d’optimiser et d’améliorer les ressources et les processus commerciaux au sein de leur entreprise.

 

Pour 7 dirigeants sur 10, l’utilisation de la donnée accroît le risque de réputation de leur entreprise

Ce déficit de confiance dans le modèle analytique de l’entreprise place la gestion du cycle de vie des données au cœur des préoccupations des dirigeants.

La confiance décroît à chaque nouveau stade de maturité de la donnée : pour 75 % des dirigeants français interrogés, la confiance dans la Data est à son plus haut niveau en début de cycle (création ou collecte des données).

A l’échelle mondiale, 38 % des dirigeants sont confiants lors de la phase  de préparation et d’agrégation des données.

Seuls 21 % sont confiants dans l’utilisation et le déploiement des données et 10 % dans la mesure de l’efficacité de leurs efforts analytiques.

75 %
des dirigeants français interrogés, estiment que la confiance dans la Data est à son plus haut niveau en début de cycle.

Au-delà d’un problème de compétitivité, la maîtrise de l’analytique pose aux entreprises la question d’exposer leur marque à de nouveaux risques.

A l’échelle mondiale, 70 % des dirigeants interrogés croient qu’en utilisant la donnée, ils accroissent le risque de réputation de leur entreprise (vente abusive de biens ou de services, violation des données…).

Seuls 60 % des dirigeants français estiment que leurs pratiques analytiques sont conformes aux réglementations.

Concernant le respect de règles de protection des données personnelles, des efforts restent à faire en termes de bonnes pratiques : par exemple, 58 % des entreprises françaises ont mis en place des processus permettant à leur client de refuser le partage de données (vs. 68 % dans le monde).

58 %
des entreprises françaises ont mis en place des processus permettant à leur client de refuser le partage de données

 

Une priorité : sensibiliser le top management à l’analytique prédictif pour restaurer la confiance.

Bien que l'analytique transforme l’entreprise et son activité en profondeur, nombre des dirigeants peinent à en mesurer la valeur.

A l’échelle mondiale, près de la moitié des dirigeants interrogés ne soutiennent pas pleinement la stratégie analytique de leur entreprise. Seuls 58 % des dirigeants français considèrent que leur entreprise dispose des compétences nécessaires pour faire avancer les projets analytiques.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.