premium 1
premium 1 mobile
victoire-min

90% des Français veulent que les marques s'engagent vraiment

L'ADN
Le 16 févr. 2018

La responsabilité sociale et environnementale (RSE) ne fait plus tapisserie ! Très clairement, les Français préfèrent les marques qui ont un vrai projet pour le bien commun. Une étude de Denjean & Associés.

La politique de RSE, critère essentiel de différenciation des grands groupes dans l'opinion

D’une façon générale, 90% des Français déclarent apprécier davantage les groupes qui ont une bonne politique de RSE que ceux qui se désintéressent de cette question.
88 %
Pour 88% des Français, une bonne politique RSE renforce l'image positive qu'ils peuvent avoir d'un groupe.

« Si j’apprenais qu’un grand groupe que j’apprécie a une bonne politique de RSE, mon opinion sur lui deviendrait encore meilleure »

 

L'effet RSE a donc un impact fort et réel, qui peut jouer dans un sens... ou dans un autre. 

Pour 67% de nos concitoyens, découvrir qu’un groupe qu’ils n’aiment pas mène une bonne politique de RSE redorerait son image. Inversement : aux yeux de 82% des Français, le fait d’apprendre qu’un groupe qu’ils apprécient mène une mauvaise politique de RSE ternirait l’opinion qu’ils ont de lui.

Les Français sont particulièrement sensibles à certains sujets :

Les Français sont inquiets des nuisances infligées par les entreprises à l'écosystème

Invités à noter sur une échelle de 0 à 10 la gravité des impacts qu’une entreprise peut avoir sur l’écosystème du fait de son activité, nos concitoyens octroient des notes moyennes supérieures à 8 sur 10 à toutes les formes d’agression : pas seulement celles qui visent des êtres humains, mais aussi celles qui nuisent à des animaux, à des végétaux, ou au climat.

Les pratiques sociales barbares des grands groupes révulsent nos concitoyens…

Procéder à des licenciements économiques sans rien proposer aux salariés concernés au-delà du minimum légal ; employer des stagiaires très peu payés et leur faire faire des travaux incombant normalement à des collaborateurs en CDI ; manager ses équipes par la pression, au risque de les mener au burn out ; mettre en danger des salariés exerçant des métiers à haut risque ; faire travailler des sous-traitants qui emploient des enfants… Tous ces comportements choquent ou révoltent 90 à 98% des Français.

 

Le blanchiment d'argent, la corruption, les fausses factures et l'évasion fiscale fâchent les Français

Que les dirigeants d’entreprises se le disent : dans l’Hexagone, on déteste les grands groupes qui fraudent ! Entendre parler d’évasion fiscale, de travail dissimulé, de corruption, de fausses factures ou de blanchiment d’argent donne à nos concitoyens des envies d’émeutes. En effet, 89 à 96% d’entre eux se déclarent choqués ou révoltés par ces agissements.
A l'inverse, certains comportements jugés vertueux enthousiasment...

Les Français adorent que les entreprises mènent des actions en faveur de la préservation de l'environnement…

Les pratiques en faveur de la préservation de l’environnement recueillent l’adhésion de plus de 90% de nos compatriotes.

Si une entreprise lance une offre de produits ou services « verts », 43% de nos concitoyens en seront contents, et 50% ravis. Une société qui prend des mesures pour améliorer le bien-être animal réjouira 37% des Français, et en enchantera 57%... Enfin, un groupe qui agit pour préserver la santé humaine fera 25% de satisfaits et 72% d’enthousiastes !

… Et aiment les groupes qui ont une politique de ressources humaines ouverte et généreuse

Toutes les bonnes pratiques citées obtiennent des notes moyennes supérieures ou égales à 7,5 sur 10. Mais dès qu'il s'agit de pratiques consistant à favoriser systématiquement l’emploi local, à offrir aux salariés un environnement de travail agréable et une bonne rémunération recueillent même des notes supérieures ou égales à 8,5 – preuve de l’importance particulière que leur accordent nos compatriotes.
Suivant toujours la même logique, à l'inverse, 97% des Français sont prêts à boycotter des entreprises ayant des pratiques sociales ou environnementales destructrices !

A bon entendeur... salut !


Méthodologie :

Denjean & Associés a conçu le questionnaire, et confié la réalisation du sondage à l’institut GoudLink.

Le questionnaire a été administré en ligne (CAWI), du 23 au 29 janvier 2018. Un total de 1000 personnes constituant un échantillon représentatif de la population française âgée de 18 à 75 ans ont répondu à l’intégralité des questions. (Méthode des quotas: sexe, âge, profession de la personne interrogée, région et catégorie d’agglomération).


 

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.