habillage
premium1
premium1
actu_28240_vignette_alaune

Un rein à vendre sur ebay pour inciter au don d’organes

Le 16 oct. 2015

Isabelle, chômeuse de longue durée et mère célibataire vendait son rein gauche sur ebay jeudi dernier. Si l’annonce a secoué le web et relancé le débat sur la vente d’organes en France, il s’agissait en réalité d’une campagne pour France ADOT afin de sensibiliser le public au don d’organes.

Ce week-end avait lieu la Journée Mondiale du don d’organes et de la greffe. Afin de sensibiliser le public au sujet, France ADOT (Fédération des Associations pour le Don D’organes et de Tissus humains) lançait une campagne choc avec son agence, FCB Paris. Sous la forme d’une annonce faite sur ebay, une femme en détresse semblait proposer à la vente son rein gauche. Si la pratique est légale et autorisée dans certains pays (comme le Japon, le Pakistan ou plusieurs pays d’Afrique), elle est interdite en France.

Avec cette annonce, France ADOT voulait attirer l’attention du public sur le nombre important de Français en attente d’un organe par rapport aux greffes pratiquées : il y aurait plus de 20 000 patients chaque année dans l'hexagone en attente d’un organe, et moins d’un tiers serait réellement transplanté. Selon le vice-président d’ADOT, « la raison principale de ce manque, ce sont les gens ou les familles qui refusent de donner ».

L’annonce invite donc les Français, « pour ne jamais en arriver à ces pratiques extrêmes », à demander leur carte de donneur sur le site de France-adot.org. Soit.

Mais si la campagne a de quoi attirer l’attention, est-elle vraiment placée au bon endroit ? Car finalement, « Isabelle », la chômeuse à l’origine de l’annonce semble être elle aussi une victime. Sa situation précaire « extrême », comme il est précisé dans l’annonce, la pousse à vendre un organe vital quitte à mettre en danger sa propre santé. L’accent ne semble pas mis au bon endroit, et plutôt que d’alarmer sur le sort des patients en attente d’une greffe la campagne met en avant la situation dramatique dans laquelle se trouve une partie de la population, faute de revenus. 

 

Source photo

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.