actu_23998_vignette

Tweets assassins de la police

Se faire retirer son permis pour conduite en état d'ivresse est une chose. Se voir épingler sur Twitter par les polices du Sussex et du Surrey, au vu et au su de tous, en est une autre. Une initiative contre le drink-driving qui fait réagir…

#Drinkordrive : c’est le message passé par la police anglaise en cette fin d’année. Car avec toutes les joyeusetés qu’elles peuvent apporter, les fêtes viennent aussi avec leur lot de chauffards. Pour lutter contre les conducteurs en état d’ébriété ou sous l’emprise de la drogue, les policiers du Sussex et du Surrey ne se contenteront pas de verbaliser les automobilistes. Ces derniers auront aussi droit à leur quart d’heure de « gloire » sur le web via des tweets qui reprendront les faits, identité comprise. Et pour toutes les personnes qui ont été arrêtées en 2013, des panneaux placés à l’endroit de l’arrestation rappelleront le délit ainsi que le nom du conducteur.

A ceux qui dénoncent l’initiative comme étant un moyen de stigmatiser les automobilistes, les polices répondent qu’il ne s’agit en aucun cas d’humilier les conducteurs, mais bien d’un exemple d’open justice. « Nous voulons attirer l’attention de la population sur le problème du drink-driving, pas sur les gens qui en sont coupables ». Quant aux détracteurs qui déplorent des citations prématurées du fait de l’absence de jugement, la police assure que si un automobiliste est jugé non-coupable,  la vérité sera aussi rétablie dans la publication des jugements. Des arguments qui convainquent plus ou moins…

L’opération vise aussi à lutter contre la lenteur des procédures judiciaires : sur plus de 2 000 personnes interpellées en décembre 2013 dans le Sussex, une centaine seulement a été reconnue coupable jusqu’à présent. 

Le drink-driving est un fléau contre lequel lutte le gouvernement britannique depuis maintenant 50 ans. L’occasion de « célébrer » au travers d’un spot grinçant, au son de Kool & The Gang, les statistiques en baisse du nombre de morts sur la route… 

 

 

premium2
commentaires

Participer à la conversation

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.