trois femmes discutant

Sensibilisation : le harcèlement sur Internet transposé IRL

Le 12 oct. 2017

Pour dénoncer le cyber-bullying, l’activiste Monica Lewinski et BBDO ont créé une vidéo dans laquelle des commentaires écrits sont repris dans la vraie vie.

Monica Lewinsky fait figure de patient zéro en ce qui concerne le harcèlement en ligne. L’ancienne stagiaire de la Maison-Blanche est désormais très engagée sur cette question et a participé au lancement d'une nouvelle campagne (conçue par BBDO) dans laquelle des commentaires postés sur les réseaux sociaux sont recréés IRL.

In Real Life #BeStrong
Homophobie, islamophobie, grossophobie,... tout y passe. Et ça fait froid dans le dos, lorsque l'on découvre que chaque insulte proférée a vraiment été rédigée.

Cette campagne a été créée dans le cadre du mois de la prévention contre le harcèlement aux Etats-Unis. Si victimes et agresseurs sont des acteurs, les passants qui interviennent ne sont pas dans la confidence. Ce qui permet de restaurer un brin de foi en l'humanité... Prochaine étape : transposer ces actes de courage derrière les écrans et sur les réseaux sociaux, où les trolls malveillants sont légion.

 

Les démarches concernant le harcèlement ne sont pas sans rappeler les nombreux précédents, tous plus affligeants les uns que les autres : La playmate Dani Mathers avait pas exemple posté une photo d'une vieille dame en train de se changer sur la toile pour se moquer d'elle. Il existe aussi des histoires aux conséquences bien plus dramatiques comme celles d'Audrie Pott. Violée et filmée par son agresseur, elle est devenue la risée de son établissement scolaire avant de finalement s'ôter la vie. Daisy Coleman a quant a elle été accusée de mentir alors que son agresseur, star de football et fils d'un ancien député, a été acquitté... Il avait pourtant admis avoir eu des rapports sexuels avec la jeune fille.

S'il est question ici d'histoires médiatisées, il faut toutefois préciser que deux à trois enfants par classe sont victimes de harcèlement (en ligne ou non) en France.

40 %
Aujourd'hui, 40% des élèves avouent avoir subi une agression en ligne alors que 61% d'entre eux disent avoir des idées suicidaires.
Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.