bannière 2
bannière 2
premium1
sheep street

Pour ses vœux 2017, Havas Paris joue l'engagement

Le 27 janv. 2017

Nouvelle année, bonnes résolutions, et vœux. Pour le triptyque 2017, Havas Paris sort du lot en proposant un dessin animé engagé, un brin rétro mais qui s’inscrit vraiment dans l’actualité.

2017 Sheep street, c’est la rencontre entre les Disney des années 30 et l’électro. C’est un court-métrage qui combat les clichés à coup de bon sens et d’optimisme. C’est une carte de vœux, qui à l’ère Trump et en pleine campagne présidentielle, replace l’empathie au cœur du débat. Et on aime ça.

Imaginé et écrit par Christophe Coffre, Président en charge de la création d’Havas Paris, le film sonne juste, tant dans le fond que dans la forme : en  2017, il n’a jamais été aussi judicieux d’emprunter des références aux années 30.

 

Carte de voeux Havas Paris - 2017 Sheep Street

Crises dont on a du mal à se relever, montées des nationalismes et élections de personnalités effrayantes… Les similitudes entre hier et aujourd’hui ont poussé Christophe Coffre à rendre un hommage appuyé au style des thirties, et à  se pencher sur cette question d’empathie. « Le monde ne peut aller mieux que si l’on commence à se mettre à la place de l’autre ». Comprendre ce que l’autre vit, et l’accepter, c’est le combat que chacun doit mener, surtout en cette année électorale, « où nous allons entendre des tas de propos compliqués ». Aux Etats-Unis, on en fait déjà les frais. En France, on craint pour notre solidarité. « C’est toujours la faute des autres, surtout des étrangers, des pauvres, de ceux qui sont différents de nous. C’est fou que de tels discours populistes trouvent encore un écho aujourd’hui. Je voulais proposer un contrepoids ».

Un message qui s’inscrit aussi dans la réalité de son métier. « En tant qu’agence, nous passons notre vie à nous mettre à la place de l’autre, du consommateur, des publics. Ça nous ressemble, c’est naturel pour nous de porter ce message, sans prétention ».

La réalisation renforce le propos : une direction artistique en 2D assumée, à l’heure où tout le monde empreinte les chemins de l’innovation à tout prix, confiée au soin de JUNGLER et une bande son signée sur-mesure par GENERAL ELEKTRIKS. Le décalage créé à l’écran ne fait que renforcer le sentiment de thématiques d’un autre temps qui paraissent terriblement actuelles.

Alors bonne année tout le monde : qu’elle soit empathique, et pleine de jolies surprises.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

L'actualité du jour