habillage
premium1
actu_20473_vignette

Poids des maux et choc des photos

Le 25 févr. 2014

Au Liban, pour quelques clichés dénudés, la skieuse Jackie Chamoun s’est attiré les foudres du ministre de la Jeunesse et des Sports. L'ONG MARCH réagit pour rappeler que le pays souffre d’un fléau plus grave.

Durant les jeux Olympiques de Sotchi, Jackie Chamoun est devenue la cible de toutes les critiques au Liban. Cette jeune femme avait posé, il y a trois ans, pour un calendrier sportif de charme. La vidéo, réalisée à l’époque, et qui ne devait jamais être publiée, a été diffusée à son insu sur la toile provoquant un véritable tollé dans le pays. Le ministre de la Jeunesse et des Sports, lui-même, a demandé à ce que des mesures soient prises rapidement au Comité Olympique libanais afin de «protéger la réputation du Liban». Des réactions extrêmement dures qui avaient amené la sportive à présenter ses excuses sur sa page Facebook : «Je voudrais m'excuser auprès de vous tous. Je sais que le Liban est un pays conservateur et qu'il ne s'agit pas de l'image qui reflète notre culture».

MARCH a décidé de réagir à ce « fait d’hiver ». L’ONG qui lutte contre la censure au Liban, a tenu à rétablir l’ordre des priorités en recentrant le débat sur un sujet essentiel : les violences conjugales. Pendant cette semaine d’agitation, les femmes battues au Liban auraient bien méritées une pareille attention.

Une initiative signée M&C Saatchi Mena.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.