actu_28924_vignette_alaune

Payer pour respirer

En Géorgie, une compagnie d’assurance a fait croire aux habitants que le gouvernement allait taxer l’air, caméra cachée à l'appui.

La compagnie d’assurances GPI Holding veut sensibiliser la population sur le taux beaucoup trop important de pollution qui règne à Tbilissi, en Géorgie : il est 9 fois plus élevé que la limite officielle, principalement à cause du mauvais entretien des voitures. « Malheureusement, les conducteurs ne se sentent absolument pas responsables de la dégradation de leur environnement », est-il expliqué dans la vidéo.

Afin de les responsabiliser, changer leurs mauvaises habitudes des Géorgiens et promouvoir son offre d’assurance écoresponsable, l’entreprise a « rendu ce problème public très personnel ».  Elle a lancé la rumeur d’une taxe sur l’air décidée par le gouvernement. La campagne a été rondement bien menée, puisque de faux bulletins d’information ont été diffusés sur le web, où de véritables politiciens géorgiens réagissaient à la mesure nouvellement adoptée. Avec un tel dispositif, difficile de ne pas croire à cette arnaque !

L’« écopolice », constituée de membres des forces de l’ordre équipés de masques à gaz légèrement flippants, distribuait des amendes sur lesquelles on pouvait lire, entre autres : « Vous vous êtes rendus coupables de pollution de l’air. Vérifiez que votre voiture soit conforme aux normes en vigueur ».

Cette campagne de sensibilisation de très grande ampleur a permis de promouvoir une assurance « verte » : moins la voiture pollue, moins l’assurance coûte cher. Un argument de taille qui a convaincu les Géorgiens, puisque l’entreprise a gagné 25% de clients depuis ce coup marketing surpuissant orchestré par l’agence Leavingstone.

Le spot publicitaire se termine sur le slogan  « si nous ne nous soucions pas de préserver l’air que nous respirons, tôt ou tard nous devrons payer pour respirer ». Mais malheureusement, c’est déjà chose faite dans certains pays. À Caracas, au Venezuela, les voyageurs doivent s’acquitter d’une taxe pour respirer l’air de l’aéroport…

 

premium2
commentaires

Participer à la conversation

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.