habillage
premium1
actu_20072_vignette

La pub. qui fait des bulles dans le monde des sodas

Le 30 janv. 2014

On ne verra pas la dernière campagne de Sodastream au SuperBowl. Tandis que son égérie Scarlett Johansson fait face aux critiques, sa pub aurait été recalée à la suite de pressions de Pepsi et Coca.

Sodastream est une firme israélienne qui propose de concevoir ses propres sodas pétillants et par conséquent d’éviter le recours à des bouteilles plastiques. Un procédé écologique qui a sans doute séduit Scarlett Johansson, également égérie d’Oxfam depuis 2007. Pour autant, la confédération qui lutte contre les injustices et la pauvreté s’est dit choquée de voir l’actrice devenir l’emblème de Sodastream : sur son site, Oxfam dénonce l’implantation d’une des usines de fabrication de la société dans une colonie israélienne de Cisjordanie. Oxfam « considère que le business en provenance des colonies alimente la pauvreté et va à l'encontre des droits de la communauté palestinienne».

Scarlett Johansson  a alors immédiatement réagi sur le site du Huffington Post, expliquant n’avoir jamais voulu « être la figure d'un quelconque mouvement social ou politique dans le cadre de son contrat avec SodaStream ». Elle déclare par ailleurs être partisane d'une coopération économique et sociale entre Israéliens et Palestiniens. Scarlett Johansson vient par ailleurs d'annoncer qu'elle quittait Oxfam.

Et comme si cela ne suffisait pas, Sodastream fait face à une seconde polémique. Dans le spot SodaStream destiné au SuperBowl, Scarlett Johansson conclut par «Sorry, Coke and Pepsi». Un tacle qui n’aurait visiblement pas plu aux deux géants du soda, habitués à se tirer dans les pattes mais pas quand il s'agit de faire face aux attaques extérieures. Le spot aurait en effet été recalé de la programmation publicitaire du SuperBowl : selon le site USA Today, Daniel Birnbaum, le président de Sodastream, des pressions auraient été exercées par Pepsi et Coca et auraient précipitées cette décision. Il aurait déclaré : « De quoi ont-ils peur ? Quel annonceur en Amérique ne mentionne pas un concurrent ? C'est le genre de choses qui se passe en Chine. Je suis déçu en tant qu’Américain. […] Si je pouvais récupérer mon argent, je serais heureux de sortir de tout ça ».

La Fox a refusé de commenter l’affaire, tout comme PepsiCo. Le porte-parole de Coca-Cola a démenti avoir exercé toute forme de pression.

Le publicitaire Alex Bogusky a participé à la création du film. Pour anecdote, il avait signé en 2012 "The Real Bears", un film qui mettait en scène des ours obèses à force d’avoir bu trop de Coca-Cola. Aujourd’hui, il affirme que Sodastream a deux avantage majeurs à savoir : « moins bouteilles dans la poubelle et moins de sucre ».

Déjà en 2012, Sodastream avait créé la polémique au SuperBowl avec un spot qui mettait en scène des bouteilles de Coca-Cola en train d’exploser. Le film avait alors été interdit au Royaume-Uni.

Source : usatoday

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.