premium 1
premium 1 mobile
actu_21704_vignette

Big Data Boss : un robot au CoDir

Le 5 nov. 2014

Un robot vient d’être nommé au conseil d’administration d’une société de Hong Kong. Baptisé VITAL, il veillera en bonne intelligence artificielle à préserver les intérêts financiers de l’entreprise.

La société qui vient d’annoncer cette étonnante nomination est Deep Knowledge Ventures (DKV). Spécialisée dans la gestion de fonds à hauts-risques rattachés aux sociétés investissant dans les biotechnologies et les traitements liés au vieillissement et à la médecine régénérative, celle-ci vient en effet de doter son conseil d’administration de l’entité VITAL (Validating Investment Tool for Advancing Life Sciences). Cette intelligence artificielle lui servira de conseiller en vue de mieux appréhender les entreprises de ce secteur santé spécialisé : elle analysera leurs données et déterminera les investissements les plus rentables.

 

VITAL a été initialement développé par le CBRM (Center for Biogerontology and Regenerative Medicine) qui fût acquis en mars 2014 par la société britannique Aging Analytics. Cette entité virtuelle, qui s’appuie sur des algorithmes complexes, aurait déjà servi les intérêts de deux sociétés avant de rentrer au conseil d’administration de DKV (en tant que sixième membre) : ceux de Pathway Pharmaceuticals  (Hong Kong) et de InSilico Medecine (Baltimore). Cependant avec DKV, ce sera la première fois que VITAL siégera à l’égal d’humains à un poste décisionnaire. Il faut dire que VITAL présente de nombreux avantages : capables d’analyser et de croiser des données en un temps record, il reste un système pratiquement infaillible et surtout incorruptible. Un modèle d’excellence poussé à l’extrême qui risque d’énerver grandement ses collaborateurs. D’autant plus que DKV a décidé que le vote de VITAL compterait pour une voix, au même titre que celle des autres.

La mission de VITAL chez DKV sera avant tout d’analyser les chiffres comptables des sociétés dans lesquelles elle souhaite investir, ainsi que leurs données cliniques, les tests effectués, les levées de fonds précédentes et la liste des brevets disponibles. Toutes ces données croisées permettront à DKV de déterminer les meilleures stratégies à adopter en termes d’investissement.

Reste à savoir quel accueil les collègues de VITAL lui réserveront puisqu’il n’y aura plus la place à l’erreur, ou si peu…

 

« Nous avons développé VITAL avec le souhait de créer un software qui puisse prédire de manière intuitive le succès d’un projet ou d’une entreprise, au moment même de sa levée de fonds. Ce processus s’appuie sur une analyse complète et empirique des données collectées. A cause du manque d’accessibilité et de transparence des données en matière de levées de fonds, la propriété intellectuelle et les résultats des tests cliniques ne sont pas toujours disponibles. Malgré cela, notre équipe de programmeurs, dont la plupart possèdent un solide bagage en physique théorique, sont capable de mettre en application des concepts de logique floue pour identifier la probabilité de succès à partir de l’analyse des paramètres impliqués. Notre objectif à travers ces sorties et mises à jours itératives est de créer un programme capable d’effectuer des décisions d’investissement autonomes.», souligne Andrew Garazha, senior analyst d’Aging Analytics.

(Photo de Une via La Metropole)

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.