actu_24530_vignette

Adopte ton hacker

Aujourd’hui, tout un chacun peut vouloir faire appel à un hacker. Le site Hacker’s List propose de vous en trouver un et il est déjà submergé de demandes… douteuses.

Ce site de mise en relation avec des magnats de l’informatique est ouvert depuis trois mois. Selon le site du New York Times, il est enregistré en Nouvelle-Zélande. Dès la page d’accueil il annonce la couleur : « Engager un hacker ne devrait pas être un processus compliqué ». Ainsi Hacker’s List se targue de mettre en relation, de manière anonyme, des citoyens lambda avec des hackers nés, pour résoudre des petits soucis du quotidien : renforcement de la sécurité d’un entreprise, perte de mot de passe, suppressions de photos gênantes, récupération de données… Le prix des prestations dépend de son niveau de difficulté, il varie de 100 $ à 5000 $. Le paiement se fait en ligne et une fois la mission achevée.

Le site internet s’apparente ainsi à des offres d’emplois de hackers indépendants et anonymes et prône un piratage « éthique » ; on est bien loin des Anonymous ou de l’affaire Sony. Pour autant, il suscite déjà de nombreuses controverses : parmi les demandes opérées on note celle d’un homme prêt à payer 2 000 euros pour avoir accès au site web du propriétaire de son logement ; une femme prête à payer 500 euros pour avoir accès aux comptes Gmail et Facebook de son compagnon pour savoir « s’il la trompe » ; et diverses demandes de piratage de sites bancaires et de sites universitaires ou scolaires en vue de modifier des résultats d’examens.

Cinq cents demandes de piratage variées sont à ce jour posées sur Hacker’s List auprès de quelques 70 hackers enregistrés. Beaucoup ne sont pas traitées, mais cet engouement général pose tout de même la question de la violation de la vie privée et de ses dérives.


premium2
commentaires

Participer à la conversation

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.