habillage
une présentatrice TV bizarre habillée en rouge
© Balenciaga

Écologie, critique des médias… c’est quoi le deal avec la dernière pub Balenciaga ?

Le 19 févr. 2020

Stress hydrique, pollution plastique, instabilité politique ou encore désinformation… la dernière campagne de Balenciaga propose un condensé angoissant de notre époque à travers une fausse chaîne d’infos en continu.

Un flux d’actualités monotones sur une bande-son douloureusement lancinante… voilà la dernière bizarrerie publicitaire de Balenciaga pour sa collection de l’été 2020. Dans une boucle d’infos étrangement oppressante, la marque de luxe évoque un monde futuriste où les planètes se réalignent, le peu d’eau qu’il nous reste disparait dans un tourbillon gargantuesque et où les embouteillages laissent place aux piétons. Ah oui, et des mannequins-politiciens habillés par la marque sont en lice pour de mystérieuses élections.

Dérangeante, la nouvelle campagne est l'oeuvre de Demna Gvasalia, directeur artistique de la marque depuis 2015. Elle fait écho au dernier défilé de la maison dont l'atmosphère de fin du monde (sur fond bleu) avait été interprétée par certains comme un clin d'œil à l'Union Européenne, évoque le Time

Ringardise cyber-punk, le credo esthétique de Balenciaga

Depuis plusieurs années, la culture populaire et le mauvais goût sont au cœur de la tendance sur les podiums et Balenciaga en a pris le virage, notamment pour plaire aux jeunes générations. Au menu : détournements, subversion et dérision. 

À la même période l'année dernière, la marque avait aussi fait du bruit avec une campagne rétro-futuriste présentant sa collection été 2019. 

En 2018, Demna Gvasalia présentait sa vision de la mode au Guardian, à rebours des codes traditionnels français notamment. « Je ne pense pas que la notion d'élégance soit pertinente (...) je ne pense pas que les gens veuillent être élégants dans la rue. (...) Oubliez Catherine Deneuve, oubliez Jane Birkin, oubliez Françoise Hardy, indique ce dernier. Oubliez les trenchs, les blouses en soie, les ballerines et les paniers en osier. Oubliez Amélie Poulain et Carrie Bradshaw chez Ladurée. »

Margaux Dussert - Le 19 févr. 2020
habillage

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.