premium 1
musée du selfie

Et maintenant, le selfie a son musée

Le 30 janv. 2018

Dans la famille des musées les plus insolites, découvrez aujourd’hui le premier temple du selfie et de l’amour de soi à l’ère des réseaux : The Museum of Selfies.

Chaque jour, un million de selfies sont échangés sur les réseaux sociaux… Une humanité en marche, qui se regarde le nombril et raconte notre époque. Une obsession souvent, que deux designers, Tommy Honton and Tair Mamedov, ont voulu explorer dans le premier musée du selfie. Il ouvrira ses portes à Los Angeles, le 1er avril et entend magnifier l’histoire de soi. Les milliers de petites histoires qui se racontent ainsi. Tout à la fois parcours érudit et décor à selfies, ce lieu à part promet une nouvelle avalanche de clichés. En filigrane, une question est posée : le selfie, véhicule de vide et de superficiel, peut-il être associé à des significations plus profondes ?

Au Museum of Selfies, vous êtes à la fois visiteurs, muses et artistes

Abordant l’usage à travers le prisme de l’art, de l’histoire et de la technologie, The Museum of Selfies se propose d’explorer les origines (étonnamment lointaines) du phénomène tout en vous incitant à faire ce que vous faites peut-être déjà seul-le dans votre salle de bain : vous prendre en photo. Au programme, la rétrospective d’un usage contemporain pourtant fort de 40 000 d’histoire, peut-on lire sur le site, car en matière de pratique artistique, on ne peut nier que l’autoportrait n’a rien de vraiment nouveau. Plus loin, diverses installations interactives devraient s’éparpiller sur près de 800 mètres carrés et explorer différentes typologies de selfies avec notamment un gratte-ciel à escalader pour y prendre des photos de soi vues d’en haut, une salle de bain à selfies et même une zone dédiée aux food pictures.
Une exposition parallèle sera aussi consacrée aux dangers de ce narcissisme exacerbé, et notamment à l’augmentation des accidents liés à l’usage du selfie dont l’Inde détient à ce jour le funeste record (76 personnes sont décédées en se prenant en photo entre mars 2014 et novembre 2016 selon un rapport). Comble du paradoxe, The Museum of Selfies vous enjoint toutefois à vous armer de smartphones et autres selfies sticks pour profiter au maximum de l’expérience…
Une exposition à double vitesse donc, un entre-deux flottant qui laisse transparaitre les limites de l’usage qu’elle célèbre…  Art ? Narcissisme ? Savant mélange des deux ? Le musée joue sur cette nouvelle aspiration à tous devenir artistes, ou tout du moins, à poser pour son bon plaisir...!
Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.