premium1
premium1
digital design

Architecte, designer, digital designer : ces trois métiers qui repensent nos villes

L'ADN
Le 28 févr. 2018

Dans nos paysages urbains en pleine mutation digitale, il apparaît intéressant de mettre en perspective 3 métiers complémentaires, aujourd'hui presque indissociables.

 

Une tribune de Philippe LEPRON, Digital Designer, CEO ADMEMORI.

 

À ma gauche... les architectes qui modernisent sans cesse la tradition et dessinent les coques qui composent l’espace urbain

Ce magnifique métier remontre loin au Ve siècle av. J.-C. Dans le livre d’Hérodote, Histoires, on note déjà qu’il est déterminant dans la transformation des espaces et modes de vie en imaginant les formes, les matières, les espaces, la lumière.

En fait rien a changé et pourtant tout se réinvente. Dans une vision innovante qu’impose notre époque, les architectes requalifient les assets de nos villes et les construisent en prenant en compte

L’évolution de leur taille tout en considérant le bien-être de chacun et celui de la collectivité. L’enjeu du mieux vivre, l’enjeu environnemental, l’enjeu des flux. Tant de questions et de responsabilités. Qu’il s’agisse d’immobilier tertiaire ou de commerce, de résidentiel, d’établissements publics ou d’hôtellerie, l’architecture contribue à établir les repères de nos vies. L’architecture commerciale impose, quant à elle, une forte compréhension des enjeux du marketing et des nouvelles tendances de consommation afin de proposer des ouvrages qui visent à viabiliser et rentabiliser l’investissement dans un marché commercial si agité.

Les belles oeuvres ancrent l’architecture dans le monde des arts, appréciés pour leur esthétisme mais aussi leur fonction d’usage et leur utilité sociale. J’observe avec beaucoup de considération, de curiosité et d’intérêt les travaux de grandes signatures comme celles de JM Wilmote, JP Viguier, J Nouvel, Valode et Pistre, Chapman Taylor, Fauster, Zaha Hadid, P Chambiaretta, R Ricciotti, C de Portzamparc, Andreu, Perro, Piano, Tanigushi, Maki, Gehry ... Je pense à ceux qui émergent avec tant de talent aussi comme Manal Rachdi et tant d’autres pour leur dextérité et leur vision d’avenir.

À ma droite... les designers, les architectes d’intérieur

Ceux qui rentrent dans les espaces architecturaux pour les embellir, les restructurer de manière stratégique et prospective.

lls créent les ambiances, élaborent les planches de style, jouent avec les couleurs et les matières. ils structurent les espaces, définissent la modularité, aménagent les intérieurs. Avec un sens du détail poussé, les designers emportent les visiteurs dans une histoire, provoquent un plaisir, créent du style et donnent du sens à nos usages. Ils questionnent l’évidence des codes qui régissent nos vies quotidiennes. Ils inventent des environnements où lumière, textile, graphisme, scénographie du mobilier viennent créer ou modifier des espaces physiques, interactifs ou virtuels.

Les designers ou architectes d’intérieur créent l’imaginaire du lieu et leur efficacité d’usage. J’aime à parler par exemple de Saguez & Partners pour sa vision stratégique et créative des lieux, Jean Philippe Nuel, Philippe Starck, Peter Marino, Marcel Wenders, et là aussi tant d’autres.

Los Angeles International Airport

Los Angeles International Airport 

Au centre... le Digital Designer est un être d’un genre récent

Peu de chance que vous ayez déjà entendu parler de lui. Peu connu mais oh combien singulier, son origine remonte il y a à peine 20 ans quand la ville et les espaces publics de commerce, d’hospitalité ou de bureaux ont débuté leur mutation de digitalisation architecturale. Le Digital Designer donne de l’esthétisme à la technologie imaginée pour enrichir le projet architectural. Pour vous faire une idée précise, Time Square à NYC est l’œuvre de Digital Designers.

Aujourd’hui cette mutation de la ville digitale s’étend à travers le monde de manière rapide et massive et cette fois également à l’intérieur des coques ou en vitrine dans le monde du retail. Métier et art neufs dans le monde de l’architecture et du design, le Digital Designer repense le rôle et l’usage de l’image dans l’espace public et en définit les modalités optimales pour renforcer le parcours de visite, de séjour ou de shopping.

Le Digital Designer imagine et dessine des installations digitales (on parlait avant d’écrans d’un côté et de l’autre de films) sur-mesure où la technologie et la création de contenus « dialoguent » ensemble dans l’espace architectural et font sens avec le public, peu attentif, en mouvement dans des environnements agités à fort flux de trafic.

Le #CLOUD.PARIS - siège social de Facebook France et de BlablaCar.

En imaginant un nouveau vocabulaire visuel poétique qui s’appuie sur les pratiques du design et de l’art (numérique), le Digital Designer cherche à créer un lien et un impact immédiat avec les visiteurs ou consommateurs, qui rompt avec les codes classiques de la communication narrative qui a moins de sens aujourd’hui tellement nous sommes exposés à de messages inaudibles et bruyants.

Le Digital Designer initie une nouvelle relation au temps et transforme les lieux dans une démarche d’efficacité esthétique en activant les leviers de l’émotion et du design. Le Digital Designer travaille la texture des images digitales comme un nouveau matériau d’architecture et se joue des frontières entre le physique et le virtuel. Il développe des modalités de design (dessin de la forme de l’écran) et de typologies de contenus artistiques afin de sublimer l’imaginaire d’un lieu, en réchauffer son ambiance, donner vie à son parcours de visite, développer ses fonctionnalités interactives, renforcer son empreinte technologique émotionnelle ou encore générer des revenus additionnels sur des nouvelles modalités media moins intrusives et agressives.

3 en 1

Le Digital Designer interroge le rapport entre création, espace physique et mémoire d’un lieu. En s’inscrivant esthétiquement au plus près du travail des designers et architectes, le Digital Designer fige et étire le temps. Son travail est de comprendre et épouser l’architecture, de lui donner du sens sans abîmer l’œuvre architecturale et le geste de design intérieur.

Son travail ancre le public dans un récit, dans l’instant et crée des moments de contemplation, des marqueurs de souvenirs forts et joue divers rôles dans le parcours de visite, de séjour ou d’achat. Ainsi, l’oeuvre du Digital Designer s’imbrique naturellement et avec respect dans celui des architectes et designer d’intérieur. Il apporte une vision contemporaine futuriste en inscrivant chaque asset dans leur époque.

Stop aux écrans ici et là accrochés. Son travail se fond dans l’espace au plus près des matériaux, du décor, de l’harmonie du lieu, en lien avec l’analyse stratégique des comportements des flux de visiteurs.

les 4 temps La Défense

Le Digital Dream – Centre commercial des 4 Temps à La Défense

Le Digital Designer invente une nouvelle forme en mouvement d’expression pour habiller ou rénover tout en transparence, volume, ou en lumière, les espaces.

Les temps changent continuellement. Les usages, les attentes et les modes de consommation des lieux également. Ainsi, jadis autonomes et sur des formats souvent en opposition, ces métiers se complètent aujourd’hui et de plus en plus dans un avenir proche.

Ils sont aujourd’hui imbriqués : Architecture, Design intérieur et Digital ne font plus qu’un dans le parcours de visite. Le Digital architectural est bien là et il doit être manipulé avec précaution et responsabilité. Ne pas le penser serait se tromper. Ne pas le constater serait une erreur. Il est temps d’en faire un atout et le considérer dès le début des projets de construction ou de rénovation pour préserver l’intégrité de la promesse de l’ouvrage initial et son usage optimal.

Commentaires
  • quid du designer de produits? le designer industriel est aussi un acteur important dans ce maillage entre l’échelle de la ville et celle de nos données personnelles.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.