Cyril Hanouna se moque des homosexuels dans Radio Baba

Polémique Hanouna : les annonceurs le lâchent

Le 18 mai, Cyril Hanouna a piégé en direct des homosexuels répondant à l’annonce d’un site de rencontre. Une séquence qui fait réagir les annonceurs, qui déprogramment leurs campagnes de pub.

Trublion du PAF, Cyril Hanouna anime ses émissions autant que les passions. Et si ses fanzouzes inconditionnelles le soutiennent à chacun de ses dérapages, le CSA continue d’enregistrer les plaintes de téléspectateurs choqués, blasés, et parfois heurtés personnellement.

Une séquence diffusée jeudi 18 mai au soir, est cette fois-ci au cœur du débat : alors que Cyril Hanouna avait diffusé une (fausse) annonce sur un site de rencontres gay, l’animateur a pris en direct les appels de personnes intéressées par son profil (dont certaines ont dévoilé leur identité complète). Pour l’occasion, Cyril Hanouna avait revêtu son plus beau costume de caricature. Clichés, manières à outrance, et voix chichiteuse étaient au rendez-vous pour incarner l’idée qu’il se fait d'un homosexuel.

Hanouna : séquence homophobe dans TPMP Radio Baba (18 mai 2017)

Une fois n’est pas coutume, les internautes ont exprimé leur désarroi. Le graphique suivant, mis au point par AGOREP, montre que les réactions négatives ont pris le dessus sur les soutiens des fans suite à la diffusion de la séquence.

polémique hanouna

 

Le CSA a bien entendu été alerté. L’organisme a d’ailleurs pris la parole sur Twitter au lendemain de l’émission, expliquant que plusieurs centaines de téléspectateurs s’étaient manifestés, et donnant un lien direct vers son formulaire de signalement. Le 23 mai à 14h, le CSA enregistrait 25 746 plaintes au sujet de la séquence. Un record, selon une porte-parole.

Des déclarations que Cyril Hanouna jugeait incitatives ; l’animateur a même songé un temps à porter plainte contre le CSA… avant de se rétracter. Pour cause : les réactions, sur les réseaux, sont enflammées. Le ruban bleu arboré par « Baba » pendant l’émission est réservé aux ambassadeurs de l’association Le Refuge, qui vient en aide aux jeunes victimes d’homophobie. « Porter le ruban bleu, ce n’est pas juste pour faire joli, c’est le symbole d’un engagement moral. On lui demande de ne plus le porter tant qu’il n’y aura pas eu d’avancées concrètes de sa part » , a déclaré à Franceinfo Nicolas Noguier, Président de l’association.

La polémique de trop ? Les agences encouragent les annonceurs à déprogrammer leurs campagnes de pub

Les internautes se sont mobilisés pour demander aux marques présentes pendant les coupures pub de l’émission de retirer leurs campagnes de l’antenne.

Certains ont d’ailleurs déjà réagi. Du côté de C8, on parle de « quelques annonceurs qui se retirent de l’émission et de l’antenne » . Franck Appietto, directeur de C8, estime que « ce n’est pas la majorité » (et invite les associations luttant contre l’homophobie à se manifester dans l’optique de diffuser un spot pour les soutenir). Dans les faits, force est de constater que beaucoup de grandes marques ont publiquement exprimé leur retrait de la chaîne.

La démarche est encouragée par certaines agences, qui n’hésitent pas à prendre position, à l’instar de Brand Station, fondée par Loïc Chauveau.

Chez DDB, Vincent Léorat, vice-président de l’agence, a déclaré qu’un e-mail avait été envoyé à toutes les équipes pour information, et aux commerciaux pour action, invitant à conseiller aux clients de se désengager des écrans publicitaires. « Ce sont les écrans publicitaires qui financent les émissions, et les marques associées accordent leur crédit à ces programmes. En accord avec nos valeurs et celles de nos clients, nous les invitons donc à ne pas s’associer à ce type de contenu » . S’il concède que la démarche n’est pas fréquente, il rappelle que ce à quoi l’on assiste est également inédit à la télévision. « Ça ne relève plus de l’ordre du dérapage, c’est scandaleux. Nous avons une responsabilité envers le grand public, nos clients, et les téléspectateurs » .

Comme le disait William Bernbach, fondateur de DBB,

All of us who professionally use the mass media are the shapers of society. We can vulgarize that society. We can brutalize it. Or we can help lift it onto a higher level.


Tous ceux d’entre nous qui utilisons les médias de masse façonnons la société. Nous pouvons vulgariser cette société. Nous pouvons la brutaliser. Ou nous pouvons l’élever à un meilleur niveau.
premium2
commentaires

Participer à la conversation

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.