actu_29992_vignette_alaune

Vogue : un tandem annonceurs/éditeurs déséquilibré ?

275. C’est le nombre de pages de pub que le dernier numéro britannique de Vogue contient. 27 de plus que l’édition de mars 2015. Un nombre qui est en progression chaque année et qui met en relief une industrie du luxe toujours plus puissante.

Dans lédition de mars du magazine féminin le plus fashion du groupe Condé Nast, la pub inonde tout sur son passage et cannibalise 275 pages. Le leader de la presse féminine peut envisager le futur avec sérennité. Pour les grandes marques de luxe, investir dans la presse haut de gamme, c’est le saint graal !

La publication, sortie le 4 février 2016, présente plusieurs nouvelles campagnes publicitaires pour l’Apple watch, les derniers produits de beauté signés Marc Jacobs ou encore les marques Christopher Kane et Ba&sh. Le Times et le London Evening Standard ont consacré un de leurs encarts pub à ce numéro de Vogue.

On y trouve également des collections internationales ainsi que des conseils sur quels vêtements porter au pringtemps. De quoi passionner les lecteurs avisés qui sauront jongler avec habilité entre publicités et articles, un joyeux tandem qui n’a pas d’autres choix que de cohabiter. Il faudrait néanmoins ne pas trop décourager ce lectorat qui pourrait s’épuiser à chercher les pépites journalistiques parfois noyées dans la masse de publicités. En effet, lorsque l’édito se situe à la 200ème page, c’est peut être qu’il y a un problème.

Le célèbre magazine symbolisé par Anna Wintour aurait-il définitivement vendu son âme au diable ?

premium2
commentaires

Participer à la conversation

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.