actu_21206_vignette

TF1 voit le verre à moitié plein

TF1 reprend la parole avec une campagne corporate signée de l'agence Gabriel: elle twiste les valeurs de la chaîne et transmet un message anti-morosité en 45 secondes.

Tout part d'une accumulation d'idées reçues, dignes de brèves de comptoirs, sur les Français. Ils sont feignants, racistes, ils font la gueule, ou encore ce sont des perdants... Mais entre ces affirmations, des images bien plus positives s'entremêlent illustrant chacune d'entre elles, le tout signé du slogan "Partageons des ondes positives".

Rien de négatif, bien au contraire. TF1 dévoile une campagne très en rupture. La "Une" n'a cette fois pas mis ses animateurs ou ses programmes au coeur de sa campagne mais a bien l'intention de montrer qu'elle a changé notamment depuis l'arrivée de Nonce Paolini, et préfère délivrer des ondes positives aux français.

"La chaîne a évolué dans ses programmes, les grilles sont moins contestées. Le métier de TF1 est d'apporter un peu de joie aux téléspectateurs. Avec cette campagne, il s'agit non pas d'imposer un point de vue mais d'inviter les gens à voir le verre à moitié plein. Nos émissions sont porteuses de ces messages. Il s'agit d'exprimer les raisons pour lesquelles ont fait ce métier et non pas de surfer sur un effet de mode. TF1 n'est pas une chaîne arrogante, nos programmes ont changé, ils sont plus ouverts. "  explique Frédéric Ivernel, Directeur de la Communication Externe et du Marketing de TF1.

Depuis quelques années la chaîne se rapproche des téléspectateurs, via les réseaux sociaux ou sa communauté est composée de 20 millions de fans, mais aussi dans la vie réelle, puisque depuis 4 ans, elle se rend en province lors d'évènements qu'elle organise.

La campagne signée Gabriel sera donc diffusée sur TF1 et ses réseaux sociaux mais également au cinema. Pour la création de ce film, la "Une" a fait participer ses salariés sur le choix de la signature.

 

commentaires

Participer à la conversation

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.