actu_24205_vignette

Qui veut rencontrer Sarkozy ?

Non, il ne s’agit pas d’une nouvelle émission de téléréalité, mais d’une proposition faite par le nouveau président de l’UMP sur sa page Facebook à son millionième fan.

Nicolas Sarkozy fait depuis longtemps confiance au réseau social pour construire son discours auprès des électeurs. Depuis son élection à la présidence de la République en 2007, sa fanpage n’a cessé d’attirer les partisans. Pour cause : Nicolas Sarkozy l’utilise souvent comme premier media avant de faire ses annonces officielles.

Récemment, pendant la campagne à la présidence de l’UMP, il avait été promis que son millionième fan (qu’il s’évertue d’ailleurs à appeler « ami ») aurait droit à une surprise. Le million ayant été atteint lors du dernier week-end des élections,  c’est ce week-end que Loïs Henry a pu faire sa connaissance.

Au programme : une visite des locaux du parti, des rencontres avec NKM et Laurent Wauquiez, et bien sûr un moment avec Nicolas Sarkozy.

Ce dernier est la personnalité politique la plus « suivie » sur Facebook. Depuis l’obtention de son millionième fan, il en a gagné plus de 3 000. De son côté, François Hollande dépasse les 500 000 fans, tandis qu’Alain Juppé les 70 000, François Fillon les 60 000 et Manuel Valls frôle les 40 000.

Une ambition qui ne s’arrête pas à Facebook : l’objectif de Nicolas Sarkozy est évidemment de faire augmenter son nombre d’adhérents. En proposant de les recevoir chaque mois, il espère ainsi que son parti dépasse le seuil des 500 000 adhérents.

Cette utilisation des réseaux sociaux en politique n’est pas nouvelle : depuis le succès de la campagne de Barack Obama, les pages des hommes et des partis politiques fleurissent. En 2009 déjà, Ludovic Bajard, directeur associé de l’agence de communication Human to Human, l’annonçait : « de plus en plus de citoyens sont actifs sur les réseaux sociaux, et l’Elysée ne peut pas être en retard ». Un retard qui se fait pourtant ressentir par rapport aux Etats-Unis, mais qui n’est pas unique en Europe : selon France TV Info, la crise qui touche le vieux continent ajoute « une gravité à la fonction politique » qui impose une conduite sérieuse et moins spontanée. Alors que ce qui ferait le succès des personnalités politiques américaines serait de mixer les images de leur rôle politique et de leur vie privée…  

 

commentaires

Participer à la conversation

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.