premium1
premium1
actu_16480_vignette_alaune

Marché publicitaire à la baisse sur 2012

Le 29 avr. 2015

En 2012, le marché publicitaire connait de nouveau une baisse notable. L'IREP révèle côté media, -3.5% de recettes publicitaires et France Pub -1.3% des dépenses de communication des annonceurs. France Pub table sur une prévision de -1.5% sur 2013.

L’IREP et France Pub ont dévoilé les investissements pub des media  et les dépenses des annonceurs sur l’année 2012.  Les recettes publicitaires des media (intégrant cette année le search ) connaissent une baisse de -3.5% en 2012 (contre + 0.1% en 2011, + 3,9% en 2010 vs - 12,6% en 2009).

Philippe Legendre, directeur délégué de l’IREP a  précisé que l’année mouvementée de la presse gratuite d’annonces, avec la disparition de la Comareg, explique encore cette année en partie ce résultat. Par ailleurs, Philippe Legendre a précisé que « le search compense quelque peu cette détérioration » qui serait alors de -5% sans les recettes publicitaires Internet.

Dans un contexte économique difficile avec le PIB et les dépenses de consommation en croissance nulle, ainsi qu’un taux de chômage de 10,2% en augmentation de 0,7 point par rapport à l’an passé, le mobile (+ 29%) et Internet (+ 6,2%) sont les médias qui progressent le plus. Concernant Internet, l’évolution est de + 4,8% pour le display et + 7% pour le search, loin aujourd’hui des progressions à deux chiffres auxquelles nous avait habitués ce media. En 2011, le display progressait encore de + 14% et le search de + 11%.

La Télévision chute de -4,5% (+ 1,6% en 2011 ; + 11,2% en 2010)  avec 3.337 milliards de revenus  publicitaires. Sur les chaînes historiques une décroissance est observée mais les progressions des chaînes de la TNT et du CableSat ne sont plus à deux chiffres a souligné Philippe Legendre. La Radio baisse de -1.2% (+ 0,6% en 2011) avec 739 millions d’€ : la publicité nationale baisse de -1.1%, et la pub locale en progression en 2011 de 4.4% connait cette année un recul de -1.5%.

La Presse qui pèse 3, 209 milliards, est, elle, en décroissance de - 8,2% (- 3,7% en 2011) 

Les revenus publicitaires de la Presse Quotidienne Nationale plongent de  - 8,9% (- 3,7% en 2011), de -6.7% (+ 0,2% en 2011) pour la Presse Quotidienne Régionale et de -5.5% (- 0,7% en 2011) pour la Presse Magazine.

La Presse Gratuite d’information connait par ailleurs sa première baisse - 2,5% (+ 5,5% en 2011). La Presse spécialisée baisse de- 7,0% (- 2,9% en 2011), la Presse Gratuite d’annonces : - 23,7% (- 18,8% en 2011) et les hebdomadaires régionaux reculent de -1,5% (+ 1,2% en 2011). La Publicité extérieure baisse de - 1,7% (+ 1,3% en 2011) au global même si les revenus du  mobilier urbain (+ 2,3% vs + 4,2% en 2011) et de l’affichage transport : (+ 0,7% vs + 4,5% en 2011) restent positifs.

 

Les dépenses de communication des annonceurs représentent 31 milliards €. Elles ont relativement bien résisté à la crise économique en 2012, étant en baisse de - 1,3% (vs + 1,9% en 2011, + 3,4% en 2010 et - 8,6% en 2009). Pour Xavier Guillon, directeur général de France Pub :" il s'agit d'une bonne nouvelle qui démontre que malgré la crise, les annonceurs ont poursuivi leurs investissements et ont souhaité maintenir le niveau de dépenses des ménages". Ces résultats révèlent par ailleurs le recul plus net sur les cinq médias historiques (- 4,4%), tous en baisse hors le cinéma. A l’inverse, l’ensemble marketing direct, promotion et événementiel est pratiquement resté stable. La progression d’Internet est ralentie (+ 5,3%). Les RP affichent une progression de 3.4%.

Ce marché a été tiré vers le bas essentiellement par les services et dans une moindre mesure par l’industrie. C’est tout particulièrement le cas du secteur des banques assurances (- 14,2% dans les cinq médias historiques) qui marque un retournement de tendance par rapport à 2011 et celui des télécoms en baisse continue depuis 2007. Quelques secteurs se signalent cependant par la progression de leurs dépenses globales de communication : la mode (+ 5,2%), l’ameublement (+ 5,1%), les transports (+ 2,8%). On note également une progression des investissements publicitaires dans les cinq media historiques pour la distribution (+ 4,5%) et l’immobilier (+ 24,1%).

Pour Xavier Guillon, les annonceurs souhaitent se rapprocher des consommateurs et cherchent à toucher tous les points de contact en déclinant leur campagne dans un premier temps dans les media traditionnels, via des opérations de street marketing, des évènements et on line, etc.. La stratégie multicanale est de plus en plus adoptée par les annonceurs. Par ailleurs "si on accélère le processus de création de valeur et de reconstruction des offres cela permettra de favoriser une croissance des revenus" a rajouté Xavier Guillon. Pour le moment et dans le contexte difficile dominé par la crise et les mauvais chiffres du chômage, si les annonceurs conservent la même attitude et ne se retranchent pas derrière une stratégie plus défensive, France Pub table sur une baisse des dépenses de communication des annonceurs de -1.5% pour 2013.

 

 

 

 

L'ADN - Le 29 avr. 2015
premium 2
premium 2

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.