habillage
premium 1
premium 2
actu_20294_vignette

Libération: Nicolas Demorand démissionne

Le 29 avr. 2015

La défiance des salariés à l'encontre des actionnaires et dirigeants était à son comble ces derniers jours. Nicolas Demorand, directeur du journal, a donné sa démission hier matin.

Nicolas Demorand occupait depuis 2011, les fonctions de directeur de la rédaction et de membre du directoire. Cet été, après quelques motions de défiance de la part des salariés, Fabrice Rousselot  a pris les rennes de la rédaction. Hier matin, le directeur de la publication a fait savoir dans Le Monde et par mail aux salariés qu'il démissionnait.

Depuis 10 jours, rien ne va plus rue Béranger: après une journée de grève, le mail d'un des actionnaires, Bruno Ledoux, a provoqué la colère des salariés. Ces derniers ont exprimé leur mécontentement en Une de l'édition du samedi 8 février, avec ce titre : "NOUS SOMMES UN JOURNAL, pas un restaurant, pas un réseau social, pas un espace culturel, pas un plateau télé, pas un bar, pas un incubateur de start-up...".

Après cet épisode, la communication était au point mort entre les salariés et l'équipe dirigeante et le communiqué de presse envoyé par la suite par Bruno Ledoux, dans lequel il tentait de calmer le jeu a vraisemblablement peu changé les choses, puisque Nicolas Demorand a jeté l'éponge hier.

Dans Le Monde, il précisait les raisons de son départ : "Ma décision est d'abord dictée par la situation de ces derniers jours. Libération vit désormais une crise ouverte, je cristallise une partie des débats et j'estime qu'il est de ma responsabilité de patron de redonner des marges de manœuvre et de négociation aux différentes parties. J'espère que mon départ permettra aux uns et aux autres de retrouver la voie du dialogue... J'ai reçu hier encore, le soutien plein et entier des actionnaires et je prends cette décision parce que j'estime qu'il faut débloquer la situation dans laquelle se trouve Libé, avec un affrontement très clair entre la rédaction et une partie de l'actionnariat. J'ai été confronté, pendant mes trois ans passés à Libération, à des crises sévères, mais c'est la première fois qu'il m'apparaît clair que je dois bouger"

"NOUS SOMMES UN JOURNAL, pas un restaurant, pas un réseau social, pas un espace culturel, pas un plateau télé, pas un bar, pas un incubateur de start-up..." 
En savoir plus sur http://www.lexpress.fr/actualite/medias/liberation-l-actionnaire-fustige-violemment-l-attitude-de-ses-salaries_1321727.html#WZcKpuEWJBo5pwA7.99
"NOUS SOMMES UN JOURNAL, pas un restaurant, pas un réseau social, pas un espace culturel, pas un plateau télé, pas un bar, pas un incubateur de start-up..."
En savoir plus sur http://www.lexpress.fr/actualite/medias/liberation-l-actionnaire-fustige-violemment-l-attitude-de-ses-salaries_1321727.html#WZcKpuEWJBo5pwA7.99
"NOUS SOMMES UN JOURNAL, pas un restaurant, pas un réseau social, pas un espace culturel, pas un plateau télé, pas un bar, pas un incubateur de start-up..."
En savoir plus sur http://www.lexpress.fr/actualite/medias/liberation-l-actionnaire-fustige-violemment-l-attitude-de-ses-salaries_1321727.html#WZcKpuEWJBo5pwA7.99

Il y a un peu plus de deux ans, Nicolas Demorand, fraîchement nommé au journal, nous confiait sa vision de la presse écrite " Pouvoir être informé 24h /24 où que l'on soit dans le monde, directement dans sa poche me semble être une avancée démocratique majeure. J’attaque le monde de la presse écrite avec de l’ENVIE, parce que c’est elle qui est la plus touchée par la vague numérique et qui se trouve de fait en situation de Laboratoire. On n'a pas eu la chance de faire partie de la génération des fondateurs de journaux, mais on a la chance de faire partie des refondateurs. Un moment de refondation est un moment exaltant.", nous confiait-il alors. Ses projets pour le journal étaient la diversification, renforcer le rendez-vous Week-End et rendre le titre plus visible sur le digital.

Dans quelques jours un nouveau directeur de la publication devrait être nommé en remplacement de Nicolas Demorand, cela aidera t-il les salariés à adhérer aux changements proposés par les actionnaires?

La diffusion du titre est en chute libre depuis une année, atteignant 105 000 exemplaires en moyenne ( diffusion totale  2013 - source OJD)  même si sur le web les performances de la marque sont au beau fixe. Le titre a perdu en 2013 près d'un million d'euros.

 

Hier l'annonce du départ de Nicolas Demorand figurait dans les trends Twitter, peut-être aussi grâce à L'Express qui s'est amusé à soumettre des exemples de Unes à Libération.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.