actu_25215_vignette_alaune

Kaizen sur KissKissBankBank

Kaizen est un magazine « d’initiatives positives » . Pour le lancement de sa nouvelle formule, les équipes ont organisé une collecte sur KissKissBankBank. Interview de Françoise Vernet Aubertin, directrice de Kaizen.

Pouvez-vous nous présenter le magazine ?

Françoise Vernet Aubertin : Kaizen a été créé il y a trois ans, avec l’idée de promouvoir les initiatives positives. Il s’agit de rendre compte des initiatives citoyennes, en France et partout ailleurs sur des sujets comme l’éducation, l’habitat, l’agriculture, l’économie… Nous témoignons d’initiatives pérennes pour inspirer d’autres personnes qui sont dans cette dynamique, avec l’idée que toutes les initatives ajoutées les unes aux autres peuvent construire un nouveau monde. Notre baseline, « construire un nouveau monde… pas à pas » témoigne de cette croyance. L’angle que nous choisissons est vraiment positif : nous ne parlons pas parler du réchauffement climatique ou d’autres problèmes dont tout le monde est conscient.

Pourquoi lancer une collecte sur KissKissBankBank ?

F. V. A. : Cyril Dion, l’un des deux co-fondateurs de Kaizen, avait déjà fait une campagne l’année dernière pour le film de Mélanie Laurent. Pour nous, c’était évident d’y retourner, nous ne nous sommes même pas posés la question d’aller ailleurs. L’idée est de toucher un public déjà affinitaire, proche de nos valeurs, comme nos abonnés Facebook par exemple. Nous nous adressons à une cible touchée par la mission sociale de Kaizen, qui souhaite que cette chaîne humaine continue. On touche des citoyens, c’est très différent d’aller chercher de l’argent auprès des banques… Ici, ça nous ressemble beaucoup plus. Chacun peut participer au changement de la société, à son niveau.

Les résultats de la collecte sont plutôt encourageants…

F. V. A. : Nous avons réalisé les objectifs fixés, c’est plutôt positif. Il y aura toujours des gens pour dire d’arrêter la presse, mais si on jette un œil aux commentaires sur la campagne, ils sont hyper positifs. L’idée n’est pas de sauver Kaizen, mais de nous aider à développer l’entreprise. Entreprendre, innover, créer de nouvelles choses et de nouveaux contenus… Il ne s’agit pas uniquement d’un soutien financier, mais d’un soutien moral. Depuis le lancement, nous avons donné chaque semaine des nouvelles par e-mail sur l’avancée de la campagne. Et les réponses sont hyper encourageantes !

Quelles sont les prochaines étapes ?

Le nouveau numéro a été bouclé mi-février. Tous ceux qui ont participé à la campagne ont avoir une contrepartie sur leur contribution. Nous avons avant tout cherché à faire un vrai magazine. Après, il faut que nous travaillions sur les kiosques, les radios, et notre nombre d’abonnés.

 

premium2
commentaires

Participer à la conversation

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.