habillage
premium1
premium1
actu_3201_vignette

CosmétiqueMag change de formule et publie un Palmarès des égéries de la beauté

Le 29 avr. 2015

Véritable capteur de tendances, CosmétiqueMag présente une nouvelle formule à partir de son numéro de mars 2010, plus proche des attentes des professionnels de la beauté. Désormais,  les grandes questions du secteur sont davantage mises en perspective : plus de contenus business avec la stratégie des marques, veille concurrentielle, tendances consommation (innovation produits, merchandising, packaging, communication, ventes, marchés,...) création d'une rubrique management/RH, actualité internationale...

 

Avec une nouvelle maquette remaniée, CosmétiqueMag est plus que jamais le mensuel de référence du marché de la beauté.

 


« Beauté, célébrité, et plus si affinités... »

A l'occasion de cette nouvelle formule, CosmétiqueMag publie un palmarès exclusif des 50 célébrités sous contrat avec des marques de cosmétiques, classées selon leur visibilité dans la presse internationale en 2009. Ce classement, réalisé en partenariat avec Lexis Nexis, révèle que les égéries sont très présentes dans les médias et très rémunératrices pour les annonceurs.

 

En tête de ce classement, des sportifs hommes (Tiger Woods, Roger Federer et Rafael Nadal) et la première femme du palmarès (en 4ème position) est Beyoncé, l'un des visages phare de L'Oréal Paris depuis 2001.

 

 

 « La tendance du celebrity endorsement s'est renforcée en 2009 et le marketing des célébrités ne semble pas souffrir de la crise », explique Patricia Thouanel-Lorant, rédactrice en chef de CosmétiqueMag. « On observe même que la baisse des tarifs des écrans publicitaires a permis aux marques de communiquer massivement sur leurs stars. »

 

Il semble en effet que les égéries soient très rémunératrices pour une marque, permettant de faire rencontrer deux univers aspirationnels pour les consommateurs, à condition que cette association ait un sens et s'inscrive dans la durée. CosmétiqueMag analyse également les problèmes de dérapage de certaines stars dont les déboires personnels font la Une des médias. Si certains annonceurs préfèrent prendre de la distance avec leurs représentants, d'autres au contraire savent que ce genre d'actualité ne nuira pas aux ventes de leurs produits.

 

Enfin, l'enquête pose la question d'une trop grande utilisation des stars dans le secteur de la beauté qui risquerait à terme de lasser les consommateurs. Les stars doivent donc apprendre à manier le marketing de la rareté pour faire durer leurs contrats...

 

www.cosmetiquemag.fr

L'ADN - Le 29 avr. 2015
premium2
premium2

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.