premium 1
premium 1
brutus1

Brutus, le débat politique autrement

Le 8 déc. 2016

La TV a imposé ses codes, mais le Live version réseau peut créer les siens. C’est l’intuition d’Emery Doligé et de Pierre Abruzzini qui renouvellent le genre en remettant le citoyen au centre de rencontres avec les politiques... Brut et live !

Le principe : une trentaine de citoyens rencontre un candidat à la présidentielle. Ils apprennent sur place qui sera l’invité du jour. Sans filet, sans préparation, sans animateur non plus : « J’accueille, je raccompagne le candidat, et je fais tourner la parole » explique Emery Doligé. Question casting, la sélection fait aussi dans le light : ceux qui veulent venir s’inscrivent ! Seule exigence : une photocopie de leur carte d’identité qui atteste qu’ils sont en âge et en situation de pouvoir voter. Pour le reste, un certain équilibre est recherché : parité femmes / hommes – représentativité des âges et des situations. « Lors d’un échange assez court, on leur demande de réfléchir à trois thèmes, et aux questions auxquelles ils veulent obtenir des réponses. Ne pas savoir qui sera l’invité augmente la logique de la rencontre. »

 

Nous faisons le pari de l’intelligence des gens. Les deux premières émissions ont démontré qu’on a réussi ce pari.

 

Emery Doligé, cofondateur de Brutus

La première s’est tenue le 2 novembre avec Alain Juppé en guest, la suivante le 9 novembre avec Bruno Le Maire. Objectif avant l’échéance du 27 avril : avoir rencontré la quinzaine des principaux candidats. Et ces derniers se prêtent assez volontiers au jeu. Certes, en période de campagne, ils sont rodés aux interpellations du chaland. Et les réseaux sociaux les ont rompu à de nouveaux formats. Ce qui est nouveau ici, c'est le mélange : contact direct, physique, du temps long - un peu plus d'une heure - qui donne une certaine intimité aux échanges - le Live avec micro et caméra - qui ne laisse rien perdre des attitudes et des éléments de langage qui dérapent - l'intervention des internautes qui peuvent s'inviter dans les échanges... Le tout donne un climat d'écoute attentive, plutôt bienveillante, mais toujours exigeante. Une vraie bonne surprise et un baume sur les boursouflures de la campagne outre-Atlantique.

REVOIR L'ÉMISSION DU 2/11
REVOIR L'ÉMISSION DU 9/11

« On a oublié que le débat pouvait se faire dans l'échange, mais peut-être que c’est le bon moment pour faire ce type d’émission ? » s'interroge Emery Doligé.

L’audience semble adhérer. 434 000 vues pour la première, dont 100 000 pour suivre le Live, juste un peu moins pour la seconde - 385 000 vues et 95 000 pour le Live. Les professionnels de la profession ne s'y sont pas trompés. Une chaîne de la TNT aurait bien confié le 19h30 - 20 h30 de sa grille du dimanche à Brutus. Mais Emery Doligé et Pierre Abruzzini ont opté pour un autre canal, moins attendu.

Free n'a jamais accueilli de contenus tiers sur ses plate-formes, encore moins de contenus politiques, mais, pour cette fois ils ont voulu le faire.  Pourquoi ? "Parce que le format est innovant... et qu'on y donne la parole au peuple." Un joli coup d'accélérateur pour la visibilité de l'émission qui sera désormais disponible sur l’ensemble de l'environnement de l'opérateur. Et un coup de projecteur sur cette initiative, qui, avec d'autres, nous laisse espérer qu'on peut faire de la politique autrement. Prochain rendez-vous : ce 8 décembre entre 19 et 21 heures.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.