Syire

Bana, 7 ans, correspondante de guerre sur Twitter

Depuis presque deux mois, Bana Alabed raconte sur Twitter son quotidien sous les bombes à Alep. Géré par sa mère, le compte de la petite fille publie chaque jour des messages et des vidéos. Bouleversant.

« Une bombe est tombée très près de notre maison cette nuit. J’étais effrayée. Je voudrais remercier ceux qui ont prié pour nous cette nuit quand je dormis dans la peur »  ; « Priez pour nous »  ; « Pourquoi vos bombes tuent des innocents chaque jour ?  »  ; « Je ne peux m’empêcher de pleurer, mon ami est mort cette nuit »  ; « Venez-moi en aide »  ; « J’ai peur »  ; « Mon école a été bombardée. Mon école me manque. Mes amis aussi. Je ne peux plus les voir. J'ai peur des bombardements. S'il vous plaît, arrêtez de bombarder »  ; « Je ne veux pas mourir »

Derrière chacun de ces tweets se cache la voix de Bana Alabed, une petite fille de sept ans qui vit à Alep avec sa mère Fatemahet ses frères. Presque chaque jour, elle envoie des messages pour raconter sa vie, ses peurs, son enfer, ses espoirs. Suivie, par plus de 180 000 personnes, elle a reçu le soutien de nombreux internautes, en majorité des enfants, du monde entier. Touchée par ses messages, l'écrivaine britannique J.K. Rowling, lui a envoyé la version électronique des aventures de Harry Potter. Avec la recrudescence des offensives sur Alep, les posts sont de plus en plus alarmants. Le 29 novembre, elle postait la photo de sa maison démolie par les bombes, où toutes ses poupées sont ensevelies.

premium2
commentaires

Participer à la conversation

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.