habillage
un homme avec un sac en papier sur la tête qui lève les mains
© lolostock via getty image

Pourquoi l’affaire Griveaux n'a rien à voir avec le sujet de l'anonymat sur le Web

Le 18 févr. 2020

Depuis la publication des vidéos intimes de l'ancien candidat à la mairie de Paris, plusieurs personnalités médiatiques et politiques ont appelé à la « régulation des réseaux sociaux ». OK Boomers ?

Quel rapport entre la divulgation des messages privés de Benjamin Griveaux et l’interdiction de l’anonymat en ligne ? A priori aucun, d’autant que les protagonistes de cette sordide histoire ont très rapidement été identifiés. L’artiste russe Piotr Pavlenski a revendiqué la publication des vidéos sur le Web, et les twittos adeptes du trolling, Laurent Alexandre et le député Joachim Son-Forget, sont responsables de leur partage à grande échelle.

Pourtant depuis l’éclatement de cette affaire, de nombreuses personnalités politiques ou médiatiques multiplient les déclarations à l’emporte-pièce sur la « régulation nécessaire des réseaux sociaux ». Leur objectif ? Obliger les internautes à utiliser leur vraie identité afin qu'ils ne puissent pas partager des informations sensibles en toute impunité.

« Il dit qu'il ne voit pas le rapport »

Les commentateurs habitués des plateaux de télévision comme Christophe Barbier ou Alain Duhamel se sont insurgés contre le fléau de l’anonymat en ligne.

Plantu a lui aussi produit un dessin de presse qui vise de manière un peu trop simpliste les réseaux sociaux et l’anonymat en ligne. Ce n’est pas la première fois que le dessinateur du journal Le Monde provoque la consternation des internautes.

Du côté des personnalités politiques, on assiste à la même confusion entre le partage de cette vidéo et le « problème de l’anonymat » ou bien encore des fake news. Le député Bruno Bonnell a appelé à la « transparence des sources et la sanction des abus » tandis que Gilles Legendre, président du groupe La République en Marche à l’Assemblée a appelé à la mise en place d'un cadre juridique pour lutter contre les fake news en période électorale. Cette dernière déclaration est d’ailleurs assez cocasse quand on sait que le groupe LREM a voté en 2018 la loi relative à la lutte contre la manipulation de l'information qui porte exactement sur cette problématique...

Le Web est-il toujours une zone de non-droit ?

Ce décalage entre les discours médiatiques et la situation réelle a de quoi interroger. Cependant, pour Olivier Tesquet, journaliste spécialisé dans les réseaux sociaux et la surveillance numérique, cette envie de « réguler » les réseaux n’est pas vraiment neuve. « Chaque évènement ayant une dimension numérique, permet de rejouer un vieux combat entre les méchants internautes qu’il faut civiliser et les pouvoirs publics, nous explique-t-il. Les politiques ou certains éditorialistes considèrent toujours Internet comme une zone de non-droit. Or ce n’est absolument pas le cas. »

En effet, la diffusion d’images privées de ce genre, pouvant être considérées comme du revenge porn, est un délit passible de deux ans d’emprisonnement et de 60 000 euros d’amende. Par ailleurs, l’artiste russe Piotr Pavlenski et sa compagne Alexandra de Taddeo ont été déférés au parquet dès le début de la semaine. Difficile dans ces conditions d'appeler à plus de législation, tant cette dernière est déjà bien outillée pour répondre à cette situation.

La tentation de la surveillance

Au-delà de cette vieille méconnaissance des réseaux, il est aussi possible que cette affaire soit une opportunité pour faire avancer une certaine vision du numérique. En effet, l’affaire Griveaux est l'occasion pour certains membres du gouvernement de tenir un double discours entre défense de la vie privée et admiration du système de surveillance numérique à la chinoise.

« Il y a une distorsion frappante entre les discours et les intentions, indique Olivier Tesquet. En l’espace de 24 à 48h on nous dit que la protection de la vie privée est un impératif total dans l’affaire Griveaux puis on désigne du doigt l’anonymat comme la clé de voûte de tout ce qui ne va pas sur les réseaux. Ça montre que le pouvoir est dans un rapport plutôt autoritaire vis-à-vis de la technologie. »

David-Julien Rahmil - Le 18 févr. 2020
À lire aussi
habillage

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.