premium 1
actu_30600_vignette_alaune

« 60 days in », la TV réalité plonge en milieu carcéral

Le 9 mars 2016

Dans l’émission de télé-réalité « 60 days in », sept volontaires ont intégré une prison de l’Indiana et ont été filmés durant leurs deux mois d’incarcération.

Les faux détenus, dont l’expérience a pris fin en décembre 2015, ont été plongés au cœur du milieu carcéral dans des conditions parfois déplorables subies par la plupart des prisonniers. Les scènes sont tournées dans la prison du comté de Clark à Jeffersonville, dans l’Indiana.

Même si un des participants a dû être évacué après avoir été blessé par un des détenus, le producteur Gregory Henry et le shérif du comté de Clark Jamey Noel, ont déclaré que cette expérience valait le détour.

« Nous voulions créer une émission de télé-réalité avec un concept jamais exploité auparavant » déclare Gregory Henry, producteur de Lucky 8 TV Production Company.

Chacun des civils avait des raisons personnelles de participer au projet. Une des femmes travaillait dans le milieu social et avait pour aspiration d’éradiquer la violence des gangs. Un autre, ancien marine, espérait pouvoir se servir de cette expérience pour devenir un agent de la DEA (Drug Enforcement Administration). Un enseignant, quant à lui, voulait prouver à ses étudiants ce que de mauvais choix peuvent engendrer et un jeune homme désirait expérimenter ce que son frère écroué endure.

Une centaine de caméras les filmaient tous les jours. L’équipe de production prétextait faire un court métrage sur l’expérience des nouveaux détenus fraîchement incarcérés, sans révéler le fait que ces détenus-là étaient en réalité innocents.

 

 

« L’ensemble du programme était caché à la vue de tous » explique Gregory Henry. Les participants été surveillés en permanence et ont bénéficié d’une formation, pour pouvoir se défendre en cas de situations potentiellement dangereuses. Des phrases codées leur permettaient de communiquer avec l’équipe de production, comme « J’ai manqué le café » ou encore des repères visuels, comme celui de mettre leurs serviettes de bain sur la tête pour signaler un danger imminent. « Je n’ai jamais été en mesure de remarquer le désarroi de certains participants une fois livrés à eux-mêmes, debout face aux autres, dans la grande salle commune. Tout semblait tellement réel ».

Jamey Noel, qui a pris ses fonctions l’année dernière, a pour objectif d’éradiquer la drogue qui circule en permanence dans cette prison et a fait intervenir une équipe de policiers en civil pendant trois jours. Les faux détenus l’ont également aidé à démanteler le réseau de la drogue et à savoir d’où proviennent les armes de contrebandes et comment elles sont fabriquées.

« Cette expérience nous a également permis de savoir que certains détenus usent de pratiques illégales comme faire payer aux nouveaux l’accès aux douches » explique le shérif. « Nous espérons que ce programme dissuadera les personnes n’ayant jamais eu de problèmes auparavant, de se mettre en danger ».

Les 12 épisodes sont diffusés à partir d’aujourd’hui sur la chaine E&A et seront rediffusés sur UK on Crime + Investigation, fin Mars.

La télé-réalité que l’on connait serait-elle révolue ? Il semblerait que ce genre aborde désormais des thèmes insolites et mette des personnes inconnues en situation extrême.

 

Sur L'ADN :

Chasse à l'homme télévisée

Vis ma vie sous les nazis

M6 réssussite le service militaire

Vis ma vie... d'immigré clandestin

Quand la dicture devient télé réalité

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.