obama zuckerberg fake news fb

Les 5 actus médias qu'il ne fallait pas manquer

Le 25 sept. 2017

Google et les millennials, fake news et ingérence russe, tracking IRL, Instagram et terrorisme, publicités YouTube... retrouvez les 5 actus médias qu’il ne fallait pas manquer.

D'après un sondage OpinionWay réalisé pour 20 minutes, les jeunes pensent que Google en sait autant sur eux que leurs parents

Si c'est gratuit, vous êtes le produit... et les jeunes l'ont bien compris. Si pour 28% des 18-30 ans, la famille, les parents et la fratrie sont ceux qui connaissent mieux leurs goûts et habitudes, 27% des interrogés estiment que le géant américain en sait encore davantage. Google est ton ami : les meilleurs amis ne récoltent que 23% des suffrages. L'étude réalisée en exclusivité pour 20 minutes met l'accent sur les peurs liées à la collecte de données par les GAFA. Un exemple parmi tant d'autres : 69% des sondés ont peur de la géolocalisation, qu'ils jugent intrusive. C'est pourquoi 29% des 18-30 ans se disent vigilants, afin de laisser le moins de trace possible, 22% sont dérangés par le fait que l'État ne légifère pas, 20% sont fatalistes et 12% sont simplement indifférents. Ces chiffres font écho aux demandes de droit à l'oubli qui permettent de déréférencer les liens susceptibles d'en dire trop sur vous et vos données : les Français sont ceux qui en usent le plus en Europe.

un homme filme le logo instagram

Les publicités Facebook dépendront bientôt des magasins visités par l'utilisateur

Facebook proposera bientôt un nouvel outil aux marketers afin de cibler plus précisément leurs publicités sur le réseau social. Les annonces diffusées sur le réseau dépendront bientôt aussi des boutiques visitées par l’utilisateur IRL. Le géant du web compte utiliser la géolocalisation pour permettre aux annonceurs de cibler uniquement les utilisateurs qui ont visité leurs boutiques. La démarche, qui ne devrait pas réjouir beaucoup de consommateurs, renforce la position de certaines marques qui veulent limiter la collecte de données. Par exemple, Apple limite à 24h l’utilisation de cookies à des fins de tracking sur son navigateur Safari et fâche ainsi quelques publicitaires.

un homme filme le logo instagram

Les soutiens de l'État Islamique exploitent les stories éphémères d'Instagram pour diffuser leur propagande

En utilisant la fonction stories de Instagram, les équipes de propagande de l'État Islamique recrutent désormais via des contenus qui disparaissent au bout de 24H. Malgré la fermeture de leurs comptes Twitter et Facebook, plusieurs analyses ont montré que le nombre de personnes influencées par l'organisation terroriste reste stable : le groupe trouve d'autres canaux de communication. Une analyse logicielle a identifié plus de 50 000 comptes liés à l'État Islamique qui postent des contenus Instagram stories selon Andrea Stroppa, un membre du groupe de recherche logicielle Ghost Data. Pour Stroppa, les terroristes envoient un message qui va disparaître mais qui malgré tout va impacter l'audience ciblée. Instagram précise : « Il n'y a de place ni pour le terrorisme, ni pour la propagande terroriste, ni pour l'apologie d'activités terroristes, nous travaillons dur pour supprimer tout contenu ou tout compte lié au terrorisme ».

un homme filme le logo instagram

Youtube dévoile un nouvel outil qui permet de créer des centaines de variations de publicités vidéo

L'entreprise cherche à apporter aux annonceurs des publicités plus ciblées, plus personnalisées, afin d'impacter encore davantage les consommateurs : plusieurs grands publicitaires se contentent encore de transposer, en France comme aux États-Unis, leurs copy TV sur le web. Avec Director Mix, YouTube permet aux marketeurs de télécharger sur ses serveurs plusieurs séquences d'une publicité, plusieurs extraits vidéos, sons, variations... L'outil créera ensuite de lui-même des centaines de films adaptés à de multiples cibles. La filiale de Google en a profité pour ajouter de nouvelles options de ciblages à ses outils : il est désormais possible de diffuser des vidéos publicitaires selon les applications téléchargées par le consommateur.

un homme devant une galerie de vidéos youtube

Barack Obama avait prévenu Mark Zuckerberg sur le danger de l'ingérence russe

D'après le Washington Post, Barack Obama avait prévenu Mark Zuckerberg des dangers des de l'ingérence russe au lendemain de l'élection de Donald Trump. Aujourd'hui très préoccupé par le problème des fake news, il n'en a pas toujours été de même : le fondateur de Facebook aura pris son temps pour en mesurer l'ampleur. Pour se défendre, le milliardaire a précisé que le nombre de publications sponsorisées était mineur et donc plus difficile à gérer. L'échange avec ces deux hommes de pouvoir date du 19 novembre 2016 à Lima, au Pérou, la veille d'une rencontre du président américain avec les leaders de l’Apec (Coopération économique pour l’Asie-Pacifique). Toujours selon le Washington Post, l'ancien président des États-Unis a demandé à Mark Zuckerberg de ne pas prendre à la légère le phénomène des fake news, notamment pour les futures élections de 2020. Mark Zuckerberg a finalement signalé le 6 septembre dernier qu'environ 470 faux comptes liés à la Russie auraient acheté des publications sponsorisées à hauteur de 700.000 dollars durant la campagne présidentielle et ce dès juin 2016.

Barack Obama et Mark Zuckerberg

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.