Logo endlessthread sur fond violet

Le best of des podcasts 2022 pour terminer l'année

© Endless Thread

Des podcasts à écouter près d’un feu de cheminée en digérant le foie gras mangé la veille.

Endless Thread : Li Ziqi, China's quarantine queen

Un épisode de 40 minutes à écouter ici.

Langue anglaise

Spécialisé sur les phénomènes de culture Web qu'on voit émerger sur Reddit, le podcast Endless Thread s’intéresse ici à l’histoire fascinante de l’influenceuse chinoise la plus connue au monde : Li Ziqi. Très appréciée des amateurs de vidéos ASMR, la jeune fille cumulait 16,8 millions d’abonnés et réalisait entre 15 et 50 millions de vues à chaque vidéo. On pouvait la voir fabriquer des meubles traditionnels ou réaliser des plats à partir de sa cueillette quotidienne. Malgré un succès international, la jeune femme n’a rien diffusé pendant 9 mois. Les journalistes Ben Brock Johnson et Amory Sivertson se sont penchés sur cette mystérieuse disparition qui se trouve être concomitante à l’opération « La prospérité commune » lancée par Xi Jinping en juillet 2021. Son objectif ? Lutter contre les inégalités de revenus en purgeant Internet des influenceurs chinois les plus riches. L' « idolâtrie inappropriée » que provoquent ces célébrités et leurs ressources devenues trop importantes rendent ces stars des réseaux indésirables. L’influenceuse Viya ou l’actrice Zhao Wei sont condamnées à payer de fortes amendes pour « évasion fiscale » et leurs réseaux sociaux sont supprimés. À la tête d’un business de plats cuisinés de plusieurs millions de yuans, Li Ziqi semblait faire partie de cette purge. Mais l’histoire semble plus compliquée que cela. Alors que les internautes pensent que Li Ziqi a été « reprogrammée » par le Parti, une autre explication émerge. La jeune femme semble être en conflit avec l’entreprise Hangzhou Weinian qui manage sa carrière d’influenceuse. En refusant de produire de nouvelles vidéos, l’influenceuse tenterait d’exercer une forme de pression sur ses managers, en plus de s’aligner avec la politique du Parti.

L’antiterrorisme français : les enfants des camps syriens 

Durée de l'épisode : 57 minutes

À écouter ici.

La tristesse et la honte. Voici les deux émotions qui dominent immanquablement l’écoute de ce deuxième épisode de la série LSD consacrée à l’antiterrorisme français. Pour comprendre comment fonctionne la lutte contre le djihadisme, mais aussi ses revers sombres, les journalistes Perrine Kervan et Adrien Chevrier se sont rendus dans les camps syriens dans lesquels croupissent depuis plus de 5 ans des femmes et surtout des enfants français. À travers ces rencontres, le podcast raconte l’incurie du gouvernement français qui avait bien prévu un grand rapatriement en 2019, mais qui a abandonné son projet après une fuite dans la presse et un sondage biaisé. Entre-temps, les Gilets jaunes et la pandémie sont passés par là, laissant cet épineux sujet dans les limbes jusqu’au prochain quinquennat. Depuis, les enfants vivent un enfer. À l’intérieur d’un camp dont ils font le tour en quelques minutes, ils grandissent sans jouets, sans livres, et sans visites de médecins ou de membres de leur famille. La seule solution pour les rapatrier est de les séparer de leur mère ou bien de leurs frères et sœurs pour rejoindre des familles d’accueil en France. Pour cette gestion catastrophique, la France a été condamnée par la Cour européenne des Droits de l’Homme et a rapatrié cet été 35 enfants et 16 femmes. Mais il reste encore plusieurs centaines de mineurs dont la grande majorité est âgée de moins de 12 ans. L'écoute de ce podcast va vous retourner mais il faut parfois se faire violence pour remettre à la lumière des sujets que nous avons trop rapidement enterrés.

Discordia, épisode 101 : Adam Curtis le retour

durée : 1h 25

À écouter ici

Dis.cor.dia est un bien étrange podcast, centré sur la critique du cinéma de genre, mais avec une pointe de discordianisme (une religion embrassant le chaos, inventée dans les années 50) dans le ton. Le podcast en lui-même est déjà parfait pour ceux qui veulent entendre des cinéphiles érudits déblatérer sur des sagas horrifiques comme Hellraiser ou des réalisateurs sous-estimés. Pour cet épisode 101, l’équipe de Dis.cor.dia s’attaque pourtant à un morceau d’envergure, à savoir le documentariste britannique Adam Curtis qui est venu à la cinémathèque de Paris au début du mois de novembre 2022 et qui fait l’objet du livre Pandore, aux éditions Decitre. Ses films, diffusés originellement sur la BBC, n’avaient jusqu’à présent jamais été projetés ou diffusés à la télévision. Pourtant, les connaisseurs (comme votre serviteur) peuvent vous en parler pendant des heures, ses productions étant accessibles sur YouTube. Pourquoi ce culte ? Adam Curtis est ce qu’on pourrait appeler un documentariste « holistique ». Ses films sont intégralement montés avec des images d’archive et une voix off hypnotique qui raconte la grande Histoire à travers des petites histoires. Avènement de la publicité, de la propagande moderne et du contrôle des opinions dans The Century of the Self, délitement de l'Occident jusqu’à l’arrivée de Trump et Poutine au pouvoir dans HyperNormalisation ou bien chute de l’URSS dans son dernier film Trauma zone

Chaque film est une expérience dont on ne sort pas indemne. Si vous voulez découvrir qui est ce personnage un brin énigmatique, ou bien approfondir vos connaissances sur le sujet, je vous encourage fortement à écouter cet épisode. 

Thune

57 épisodes de 20 à 50 minutes environ

À écouter ici.

Attention, contrairement à ce que son titre peut laisser entendre, Thune n’est pas un podcast sur comment bien gérer ses cryptomonnaies ou devenir riche en trois mois. Les journalistes Laurence Vély et Anna Borrel s’inscrivent dans une démarche plus intime et aussi plus intéressante. Au fil des longs entretiens qu’elles mènent, elles interrogent les gens sur leur rapport à l’argent, dans une diversité totale de situations. Dans les épisodes, on croise un informaticien multimillionnaire qui a eu le nez creux à la Bourse, une lanceuse d’alerte qui se retrouve sans rien après avoir fait éclater la vérité, une historienne de l’art qui décrypte le rapport entre les artistes et l’argent ou bien une veuve, mère de 4 enfants, qui du jour au lendemain doit trouver un moyen de gérer l’héritage et les soucis d’argent.

Le trafiquant

8 épisodes de 7 à 20 minutes environ

À écouter ici.

Avec sa gouaille exceptionnelle et son accent corse chantant, on donnerait le bon Dieu sans confession à ce vieux briscard d’Emile Diaz, dit Milou. C’est sans compter sur le fait que ce vieux bonhomme de 78 ans est l’un des derniers survivants de la French Connection, un réseau de trafiquants d'héroïne qui a dominé le marché international de la drogue dans les années 1960 et 1970. Au fil des épisodes, Milou nous raconte son entrée dans le milieu du grand banditisme, son évolution au sein de ce qu’il appelle « la voyoucratie », ou bien la mise en place de son réseau d’acheminement de morphine base (le produit qui sert à fabriquer l’héroïne) entre la Turquie, l’Italie et New York. Véritable récit de « Rise and Fall » qui rappelle le film Scarface, Le trafiquant est une pépite qui vous transportera dans un monde à la Breaking Bad, tout en convoquant les films d'Audiard et de Scorsese. Il s'agit sans doute de la petite pointe de nostalgie qu'il vous faut pour supporter cette rentrée.

commentaires

Participer à la conversation

Laisser un commentaire