habillage
premium 1
premium1
julien letailleur candidat virtuel presidentielles 2017

Un candidat virtuel pour les prochaines présidentielles ?

Le 9 nov. 2016

Vous souhaitez vous engager dans le débat des présidentielles françaises ? C'est le moment, et Julien Letailleur pourrait être votre homme...

Lui président, ce serait un peu nous tous qui prendrions les rênes. Promesse électorale frelatée, utopie démagogique ?

Non. Julien Letailleur veut sérieusement présenter sa candidature en 2017 et comme il n’est pas tout à fait de ce monde, il croit sincèrement qu’il pourrait nous aider à améliorer le nôtre. Julien a tous les atouts pour réussir : énarque, il a gravi un à un les échelons et conseille désormais le président en titre. Seul signe distinctif : Julien Letailleur est un personnage de fiction, il est le héros d’Un monde totalitaire ?. Roman en cours d’écriture consultable sur GitBook, il y est question d’un monde politique en crise qui tente de se restaurer.

Son auteur, comme d’autres et avec d’autres, a voulu passer de l’idée à l’action. « J’ai vu que ce que j’écrivais était en train de s’activer dans la vraie vie », raconte Antoine Brachet. Ainsi sont nés les Barbares : mouvement ouvert, mouvant, bordélique où tous ceux qui veulent reprendre leur citoyenneté en main peuvent se croiser. En juin 2014, les 100 premiers Barbares rédigent leur manifeste, et posent un constat : nous vivons un « point de bascule », les règles du passé ont montré leurs limites, et les nouvelles tendent vers une privatisation de l’humanité. « Ce n’est pas le monde que nous voulons. Nous pensons que cette privatisation est néfaste, et nuit à l’avènement d’une humanité paisible. »

Alors, quelles solutions ? Retrouver le goût du bien commun, le faire dans l’optimisme, croire en l’Homme et avoir conscience que l’évolution principale est intérieure.

« Nous sommes portés par cette cause qui nous transcende, et nous nous engageons à : vivre en paix avec nous-mêmes, et en accord avec les principes que nous défendons, afin de favoriser à notre échelle cette évolution positive ; accompagner et soutenir les plus téméraires dans leurs combats au nom de cette cause ; accompagner nos semblables dans la découverte de leurs capacités, et leur permettre de réaliser leurs propres choix, de manière éclairée. »

Ils étaient une centaine au départ, aujourd’hui quelques milliers à échanger autour de ces idées.

Et Julien Letailleur dans tout ça ? Il n’est que l’un d’entre eux. Fils naturel de la multitude, incarnation composite de leurs aspirations, porte-étendard virtuel et donc nativement privé d’ego : bref le candidat idéal d’une génération en mal de représentation mais qui veut quand même faire entendre sa voix.

L’objectif n’est pas le résultat : les intentions de vote, le nombre de bulletins dans les urnes, et tout le flot de transactions qu’ils drainent ne sont pas leur affaire. Non. Il s’agit juste de changer les termes du débat pour faire émerger des questions qui sont généralement laissées sous le radar (les nouvelles formes de démocratie, le transhumanisme, la robotisation, la fin du salariat…). Julien Letailleur n’est pas un but en soi. Il propose dans un étrange jeu de miroirs de questionner nos élus, et finalement nous tous sur l’objet même de notre système politique : pour qui vote-t-on ? Pourquoi vote-t-on ? Que voulons-nous bâtir ensemble ? Les Barbares appellent cela des « tensions fécondes » parce qu’elles nous font progresser ensemble.

Et ça, c’est sans doute le plus beau message porté par Julien.


Cet article est paru dans le numéro 8 de la revue de L'ADN. Julien Letailleur est l'un de nos 42 superhéros de l'innovation. Votre exemplaire à commander ici.


 

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.