premium1
premium1
actu_26766_vignette_alaune

Les mimes calment les touristes

Le 8 juin 2015

Alors que Berlin est une destination prisée pour son art de la fête, les riverains ne sont pas toujours enchantés de la nuisance sonore engendrée… Pour calmer le jeu, des pantomimes sensibilisent les fêtards sur le sujet.

Pour éviter que les Berlinois ne deviennent aigris et touristophobes, le projet « fair.kiez » invite les visiteurs à adopter un comportement respectueux des autochtones. Exit les valises qui roulent sur les pavés à  l’aube,  les fumeurs qui s’enflamment en terrasse, ou les vessies bien remplies qui voudraient se soulager sur la chaussée.

Pour réinstaurer un climat paisible dans les rues, des pantomimes déambulent parmi les touristes et s’invitent dans leurs scènes de vie. Que vous soyez en train de danser, de papoter, ou de boire des verres, les mimes prennent part aux activités sous les regards incrédules des concernés. Viennent ensuite des prospectus, qui expliquent l’opération aux concernés : « Vous trouvez que Berlin est une super ville ? Nous aussi ! Faisons en sorte qu’elle le reste. Rejoignez-nous ! Pour une vie plus agréable dans notre « Kiez* » ! Merci » (* = quartier).

L’expérience avait déjà été menée à Barcelone, Bruxelles et Paris. Pour Burkhard Kieker, directeur de l’office de tourisme Visit Berlin, il s’agit d’un moyen d’inviter les gens à réfléchir sur leur comportement. « Berlin a mis seulement 25 ans que le même nombre de touristes que Rome ou Paris en 200 ou 300 ans. Nous devons faire en sorte qu’habitants et touristes continuent de cohabiter en harmonie, pour que Berlin ne ressemble pas à Barcelone ou à Venise, où plus aucun Vénitien ne vit aujourd’hui ».

Le projet, à l’état de pilote jusqu’à la mi-juillet, pourrait représenter une alternative aux mesures restrictives qui risquent d’être prises si la situation ne change pas. Christian Hermani, coordinateur de fair.kiez et membre de la Club Commission qui réunit les patrons des clubs de la ville, souligne que les habitants de certains quartiers se plaignent de plus en plus et « veulent dormir »… Reste à voir si, dans un état second, les touristes réussissent à retenir autre chose qu’un petit spectacle de rue.   

 

Mélanie Roosen - Le 8 juin 2015
premium 2
premium 2

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.