habillage
premium1
uber big brother

Suivre son ex ou une célébrité avec Uber

Le 13 déc. 2016

Un ex-salarié de la firme révèle que des salariés utilisent les données récoltées par le service de VTC pour suivre leur(s) ex(s) ou des personnalités.

Ward Spangenberg, ancien responsable de la sécurité d'Uber licencié en février dernier par l'entreprise, est actuellement en procès contre son ancien employeur. Le site d'investigation Reveal News explique que lors de ce procès l'homme de 45 ans dénonce les failles de sécurité du système et les dérives internes qu'il a pu constater malgré les alertes qu'il a pu proclamer en interne.

J'ai reporté à Uber le manque de sécurité de son système. Le fait que l'ensemble des employés (et non une petite équipe de sécurité) ait accès à toutes ces informations est tout simplement une violation des lois concernant la protection des données personnelles et des droits privés.

Ward Spangenberg, ancien responsable de la sécurité d'Uber

 

Le plaignant explique que ce manque de sécurité permettait à « chaque employé de suivre des politiciens, des célébrités ou des relations personnelles comme un(e) ex petit(e) ami(e) ou son époux/se ».

Déjà connu pour la surveillance de ses chauffeurs, Uber semble bien se dessiner en Big Brother de ses 40 millions d'utilisateurs...

 

 

La réponse d'Uber

Suite à ses accusations, l'entreprise a spécifié avoir licencié les personnes dont elle avait eu connaissance de ces actes (moins de 10 selon Uber), que des centaines d'experts travaillent sur la protection des données, et que l'accès à ces données a uniquement été autorisé aux personnes le nécessitant dans le cadre de leur activité.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.