actu_29380_vignette_alaune

Défaillance du système de modération de Facebook

Le 5 janv. 2016

Dans la sinistre histoire de viol présumé, filmé puis diffusé sur les réseaux sociaux, les internautes pointent un nouveau coupable du doigt. Pour eux, Facebook a clairement montré ses limites en ne supprimant pas la vidéo après qu’elle ait été signalée plusieurs fois.

« Nous avons examiné la vidéo que vous avez signalée pour nudité et avons déterminé qu’elle n’allait pas à l’encontre de nos Standards de la communauté ». Si Facebook sanctionne le moindre téton féminin, cette fois-ci le réseau a été étonnamment clément avec les utilisateurs qui ont diffusé largement la vidéo d’un viol présumé.


La vidéo de viol dénoncée sur Facebook

Source image : L'Express

 

Le système de modération de Facebook serait-il défaillant ? Selon L’Express, la modération serait « largement sous-traitée à bas coûts dans les pays asiatiques ». Cette explication peut-elle suffire à expliquer les dérives du réseau ? Le journal rappelle par ailleurs qu’un compte pédophile avait été jugé « conforme aux standards » ce même dimanche. Les internautes n’ont pas manqué de noter que les réponses de Facebook était parfois immédiates, laissant penser que les vérifications étaient automatisées…

L’Express a contacté le service de presse de Facebook, qui a déclaré que les réponses données aux utilisateurs qui ont signalé la vidéo ne sont « pas normales ». Les équipes seraient maintenant en train de travailler à l’identification d’un potentiel bug. En outre, une enquête serait en cours « pour comprendre pourquoi il y a eu cette réponse ». Nous avons également joint le service de presse de Facebook : il semble que l’information d’une enquête ne soit pas confirmée. « Cette vidéo présente un contenu qui n’est pas en règle avec notre politique. Nous n’avons pas d’explications concernant les messages publiés qui ont affirmé le contraire… Mais la vidéo a bien été supprimée de notre plateforme, elle n’y a pas sa place ». Affaire à suivre.

 

Crédit photo

Mélanie Roosen - Le 5 janv. 2016

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.