premium 1
premium 1 mobile
Sicence

A l'aube d'une catastrophe

Le 7 nov. 2016

On sait désormais combien un Américain moyen engendre de CO2 et les conséquences directes sur la banquise. Ils doivent changer la donne, nous aussi.

Selon les résultats d’une étude parue dans le magazine Science aux USA, un américain moyen détruirait près de 198 mètres carrés de glace de mer arctique chaque année. Et ce chiffre effroyable est à relier directement avec la quantité de CO2 annuelle libérée dans l’air.

Science

En publiant ces résultats, Science espère secouer les consciences et surtout donner les outils aux chercheurs pour effectuer de meilleures prévisions. Le journal estime que jusqu’à présent tous les chiffres publiés étaient faux ou bien en-dessous de la réalité. Aujourd’hui, connaissant les bons, on ne peut plus les ignorer.
Chaque été, l'Arctique connaît une certaine perte de glace naturelle, mais en moyenne entre 4,3 et 5,6 millions de kilomètres carrés de glace persistent. Cette glace est clef parce qu'elle sert de réfrigérateur pour les pôles de la planète. Si cette glace disparaissait complètement, la température mondiale augmenterait et la planète connaîtrait des courants océaniques changeants et des tempêtes de plus en plus sévères. Cela affecterait aussi les peuples autochtones qui dépendent de la glace de mer pour la chasse, ainsi que des espèces comme les ours polaires et les phoques arctiques qui dépendent de la glace pour leur survie.

« C'est un casse-tête scientifique, ce qui se passe là-haut », explique Axel Schweiger de l'Université de Washington. « Augmenter notre capacité à faire des prédictions pour l'avenir nous permettra de mieux gérer les choses sur la planète en termes de gaz à effet de serre, espérons-le, mais aussi en termes de stratégies politiques et d'atténuation. »
Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.