habillage
premium1
premium1
Le progrès au coeur de la prochaine édition des Napoleons
© gremlin via Getty Images

Le progrès : concept en voie d'extinction ?

Le 7 janv. 2019

Plus on parle d’innovation, moins on parle de progrès. Et c’est un problème au regard des prévisions qui nous guettent. À la croisée des sciences, de la tech, de la politique et de la philo, Les Napoleons y remédient avec un nouveau sommet.

Certains le disent has been. D’autres regrettent une idée de surenchère. Quoiqu’il en soit, le progrès n’a plus la cote. Pour Mondher Abdennadher et Olivier Moulierac, fondateurs des Napoleons, c’est un vrai sujet. « C’est un concept menacé, il est important de le redéfinir. C’est nécessaire pour remettre au centre les enjeux essentiels, liés à nos sociétés : parler de progrès, c’est parler d’humanité. C’est permettre de comprendre pourquoi on veut créer de la valeur. »

La thématique est au cœur de l’édition hiver 2019 des Napoleons, qui se déroule à Val d'Isère du 9 au 12 janvier. « Elle rentre dans notre objectif de rendre possible une innovation qui soit respectueuse du vivant, de l’humain. De montrer que toute cette accélération est conciliable avec un avenir meilleur. »

À l’opposé des scénarios catastrophes que l’on nous sert tous les jours sur un plateau donc. Exit les Black Mirror et autres futurs dystopiques : ici on réunit des scientifiques, des politiques, des technophiles. Sans être utopistes, ils sont réalistes et apportent tous des pistes de réflexion ou des solutions pour concrétiser une prise de conscience globale. « Il y a un décalage entre les aspirations des créateurs et des leaders et la réalité de ce que l’on vit, expliquent les fondateurs. Résurgence des autoritarismes, maladies… On a longtemps promis que la tech changerait le monde, on a l’impression qu’elle détruit des liens, qu’elle questionne la notion même de solidarité. L’innovation est partout, et pourtant on n’a jamais autant détruit de valeur. »

Pas question d’être naïf

L’idée n’est pas de s’ébahir naïvement, mais de se questionner. « On n’est pas là pour se dire "bravo, c’est formidable – quel progrès !", mais pour regarder les choses en face, rester vigilant, poser les conditions du progrès. »

Mondher Abdennadher et Olivier Moulierac rappellent que la notion n’est pas immuable, mais qu’elle est profondément liée à des époques, à des contextes, à des codes. « On va parler d’Europe, d’Afrique, de santé, d’alimentation, de technologies, d’intelligence artificielle, encore et toujours. On va se réconcilier avec l’économie. Parler des enjeux sociétaux. De ceux qui souffrent. C’est vaste… Mais il faut se poser ces questions. »

« Ce n’est pas la colo où on s’autocongratule »

Au programme : des conférences où l’on dit les choses telles qu’elles sont sans langue de bois, où l’on réunit des points de vue différents, où l’on installe une controverse bienveillante et utile au questionnement… mais aussi des temps de rassemblement et d’échanges constructifs. « Cette tension, cette attention et cette controverse productives sont nécessaires pour y voir plus clair. Mais attention, ce n’est pas la colo où on s’autocongratule dans un entre-soi stérile. C’est pour ça que l’on réunit des gens qui bossent pour les GAFA, ceux qui les régulent, des activistes, des politiques… »

Hypnose, Cédric Villani, et la BBC

L’événement sera rythmé par les conférences et les activités. Séance d’hypnose ou de yoga, discours de Cédric Villani ou conférence d’un ponte de Microsoft, modérations de la part des journalistes de la BBC ou speech du fondateur de Time To Sign Off… À vous de choisir !

Pour en savoir plus, c’est par ici !

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.