cronut

La frénésie Cronut

Le 4 oct. 2016

Cronut, c’est LA pâtisserie que s’arrachent les new-yorkais. Son créateur Dominique Ansel, français, vient d’ouvrir une boutique à Londres : la file d’attente a commencé dès l’aube…

Le Cronut fait sa révolution à New York. Imaginé en 2013 par Dominique Ansel, un chef français, ancien de chez Fauchon et désormais installé à la grosse pomme, il s’apparente à un croissant et un donut en même temps: une sorte de mix entre la culture française et américaine pour un résultat totalement hybride. Sa forme est ronde et sa texture feuilletée, il est recouvert d’un glaçage. Le Cronut est vendu 5 dollars pièce et pourrait même être revendu jusque 20 fois son prix au marché noir, tant les gourmands en demandent. Dominique Ansel est lui-même surpris de son succès : il indique en produire près de 400 par jour et devoir augmenter régulièrement sa production. Certains jours, il doit limiter les achats à deux Cronut par personne. Preuve de son succès, la boutique ouvre ses portes à 8 heures et pourtant les premiers gloutons attendent sur le pas de la porte à 5h.

 

A la rose, au citron, à la vanille, Dominique Ansel ne cesse d’inventer de nouveaux dérivés… Rassurez-vous pas besoin de traverser l’océan atlantique pour pouvoir y goûter : désormais un simple aller/retour en Eurostar suffira. Dominique Ansel vient d’annoncer l’ouverture d’une boutique à Londres et il semblerait que les britanniques aient été touché par la même frénésie que les New Yorkais. La file d’attente était massive, environ 50 mètres, dès 5 heures du matin pour goûter au graal de la pâtisserie.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.