habillage
premium1
habillage
actu_20906_vignette

Demain, ta mamie aura son appli

Le 22 mars 2014

Hier encore, on nous annonçait la fin du web tel que nous l’avons connu. Les applications ont révolutionné nos vies et retissé des toiles dans la Toile. Et si la seconde révolution digitale était proche ? par Nesem Ertan.

 

Le designer culte d’Apple, Jony Ive, a pour conviction que la différence de ses créations tient en leur simplicité de compréhension par l’utilisateur. Bien qu’hier, le consommateur final ne s’intéressait que rarement au fonctionnement d’un outil, de plus en plus, il se réserve un droit de regard critique sur sa courbe d’amélioration. Bienvenu dans l’air du Beta design démocratisé ! “Program or be programed”, comme dirait Douglas Rouskhoff !

En tant que mobinautes, nous avons à peu près tous les mêmes smartphones, des applis météos, GPS et social media, mais le reste de notre sélection rend unique notre nouveau jouet préféré. Et si nous allions plus loin que la simple sélection ? Question qui nous amène à mon dernier coup de cœur innovation : Kimono.

Aimeriez-vous avoir une appli personnalisée, capable d’aller chercher sur Internet, de recueillir et d’actualiser des types d’informations bien précises ? Avec le programme en ligne Kimono, chacun peut créer des API et manipuler les flux de données des sites web pour générer, des applications sur-mesure !

 

 

Et tout ça sans savoir coder…

Après avoir visionné le tuto ci-dessus, l’accessibilité de l’outil peut paraître incertaine. Mais au bout de 10 minutes d’exploration et quelques clics, Kimono vous annonce que vous venez de créer une API, avec vos propres mains et vos propres neurones non geeks… L’effet magique Obama / Steve Urkle est alors garanti :

Pour mon test drive, j’ai joué le jeu avec l’ADN. Voici l’essentiel des étapes que j’ai suivi pour créer une appli mobile qui me permettrait de consulter, tous les matins, les titres des articles du jour concernant les rubriques « Agence » et « Dans le Monde »…  On suit d’abord le premier exercice proposé par le site Kimono pour comprendre comment ça marche. Puis on installe le widget Kimonify sur sa barre de navigation web.

 

On sélectionne les catégories, puis les titres…

On nomme les deux flux de data que l’appli va sourcer sur le site l’ADN tous les jours.

On nomme son bébé API :

 

Puis on nomme son appli…

Et hop, plus qu’à créer le raccourci sur votre mobile !

Easy ! Et si vous êtes un peu plus doués que moi, votre appli pourrait être plus riche… et plus belle que la mienne, car les paramétrages sont prévus. Kimono Beta est à considérer comme une offre très « insightful ».

Aujourd’hui, les services de facilitation, offerts par les start-ups nous permettent de dépasser la « barrière code ». Mais les digital natives que nous sommes, laisseront demain la place à des « native coders ». D’ici une quinzaine d’années, les cours déjà prévus dans certaines écoles primaires, ainsi que les jouets éducatifs, feront de nos successeurs des développeurs et des non-codeurs, les illettrés des temps modernes.

Les communiquants doivent désormais accepter une réalité. Malgré la fragmentation des audiences, il y aura bien toujours des plateformes référentes, mais la génération des filtres individuels de contenus est exponentielle. Quelle sera la place des marques dans cet univers d’Agile Content, demain ?

La pub étant placée au cœur d’un grand nombre de business models de startups, plusieurs questions se posent. L’instinct publicitaire cherchera sans doute à insérer des cookies dans les data des sites pour pouvoir pousser du paid média dans ces applications personnalisées.

D’autres proposeront des expériences, contenus et services de marque (owned content) qui intégreront ces univers clos par leur valeur ajoutée. Il est certain que jusqu’à ce que nous parvenions à mieux prouver l’efficacité des stratégies de communication « pull », les stratégies « push » auront encore une longue vie devant elles. Mais l’empowerment de l’internaute va de plus en plus rapidement bouleverser les rapports de force. Si l’internaute veut exclure les marques de « ses plateformes », celles-ci auront intérêt à être très bien référencées sur les moteurs de recherche aux moments où celui-ci s’intéressera à leur cœur de métier ; ou encore, à être très « intéressantes » dans leurs communications globales…

 

Bref, aujourd’hui, j’ai créé une appli. 

Nesem Ertan
Communication Planner
@nesemertan

Adrien de Blanzy - Le 22 mars 2014

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.