bannière 2
premium 1
premium 1 mobile
steve-agence

steve : la culture pop comme terrain de jeu

Le 22 sept. 2017

Agence résolument populaire, steve dit non à l’élitisme publicitaire en inspirant ses réflexions des nouveaux usages et de la culture pop. Rencontre avec ses deux fondateurs.

A l’origine de steve, la fusion de deux profils complémentaires : Grégoire Soufflet et Guillaume Lartigue. L’un a le sens des affaires, la culture ROISTE et sait « tenir les rênes » de grandes marques et comptes retail. L’autre a le sens de la formule. Guillaume Lartigue, ancien Concepteur-Rédacteur, a écumé les grandes agences parisiennes et se passionne pour la publicité et le digital. « De notre duo est né une offre vraiment intéressante », révèle Guillaume Lartigue. « C’est ça qui constitue notre force ! », poursuit-il. Assez intéressant pour se lancer et construire un nouveau modèle d’agence, loin du brouhaha des grands groupes publicitaires. 
Créée il y a deux ans et demi, steve décèle dans les nouveaux usages et la culture pop une nouvelle source d’inspiration et de nouvelles façons de communiquer. C’est d’ailleurs ce qui a motivé le choix du nom de l’agence. « Comment s’appelle le mec à l’origine du smartphone ? », demande Guillaume Lartigue, sans réellement attendre de réponse. steve, c’est d’abord un hommage à celui qui a révolutionné l’usage du smartphone [à Steve Jobs, vous l’aurez compris]. steve, c’est aussi un anonyme que tout le monde peut incarner, clients comme collaborateurs, un personnage tampon qui leur permet de s’affranchir de tout égotisme. « Le but était de créer une véritable culture d’agence en proposant un nom auquel tout le monde peut s’identifier, de créer un projet que chaque membre de l’équipe peut porter et s’approprier. », poursuit-il.
En 2016, steve gagne l’intégralité du budget La Halle en proposant une nouvelle plateforme de marque et connaît dès lors une croissance foudroyante. TV, radio, digital, social media, crm, retail, … D’autres clients suivent. En l’espace de 8 mois, les effectifs passent de 20 à plus de 40 collaborateurs. Direction commerciale, New Business, Planning Stratégique, Direction Commerciale … les pôles se renforcent et chacun prend peu à peu ses marques : « Chez nous, c’est comme être dans un avion qui décolle et qui secoue dans tous les sens. Mais si tu t’attaches bien, tu te rends compte qu’il y a énormément de places et que tu peux même devenir pilote ! », s’enthousiasme Guillaume Lartigue. « L’attention que nous portons aux choix de nos collaborateurs fait notre force, ce sont nos talents qui font la valeur de steve au quotidien. »
Preuve que les agences indépendantes ont aussi leur(s) carte(s) à jouer. « Chez steve, la dimension conseil des dirigeants n’est pas déconnectée des équipes opérationnelles. Nous sommes disponibles pour nos clients à tout moment, quelle que soit l’importance du projet. » observe Guillaume Lartigue. Et pour cause, une certaine lassitude exprimée par les annonceurs vis-à-vis des grands groupes publicitaires. Peu ou pas assez écoutés dans la durée, beaucoup semblent désormais privilégier la flexibilité et la disponibilité des petites structures à la sécurité d’un grand groupe. « Avec La Halle, c’est notre proximité dans la création qui a fait la différence », explique Grégoire Soufflet. « Pour concevoir la bonne plateforme de marque, il faut sentir un client, l’écouter, passer du temps avec lui. Ce n’est pas du haut d’une tour d’ivoire que l’on trouve les solutions. C’est en construisant ensemble qu’on relève les défis », poursuit-il.
Si cette première aventure lui aura permis de franchir un cap en seulement deux ans, le scénario semble aujourd’hui se répéter avec l’arrivée de nouveaux clients structurants. Mais pas question de se relâcher, attention ! Objectifs pour la suite ? Continuer à grandir en gardant sa ligne de conduite : ancrer les marques dans la culture populaire en les inscrivant dans le quotidien de chacun. « C’est dans la culture pop qu’on trouve les insights les plus justes. Ceux qui touchent ! Et le mot populaire nous plait, il a trop longtemps été tenu à l’écart des publicitaires. Il est possible de faire la bonne pub en étant sympa et accessible ! », explique Guillaume Lartigue. Une simplicité et une vision que steve entend continuer à véhiculer auprès de ses clients. Aller à contre-courant d’un certain élitisme publicitaire et leur proposer une relation de partenaire sur le long terme. Un motto qui semble leur avoir réussi jusqu’à présent !
Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

L'actualité du jour