actu_27156_vignette_alaune

Slashe, startup française à surveiller

Le 24 juin s’achevait le Menorca Millennials, un programme de 20 jours pour les startup qui en ont… et cocorico l’une des 20 entreprises est française et fait preuve d’une énergie débordante. Présentation de Slashe et ITW de sa créatrice.

Rencontre avec Lenka Galinié fondatrice et CEO de Slashe et Slashtag.

Slashe est une startup française basée à Paris, labellisée French Tech ayant remporté sur les 6 derniers mois deux prix à échelle internationale : le Top 100 Red Herring Europe, parmi les entreprises les plus innovantes et à fort potentiel pour l'année 2015 et le trophée de la meilleure start-up de l'année à l'ICT Spring Europe pour son innovation, son dynamisme, son influence et son potentiel de croissance pour l'année à venir.

 

Forte de ces deux récompenses la startup n’entend pas s’arrêter ici.  Après une première levée de fonds à 1 Millions d'euros, un second tour est en cours à hauteur de 15 millions d'euros l'agence présentera Slashtag sous peu, une plateforme combinant une télévision, un réseau social et une application mobile interactive permettra aux internautes d’interagir avec les contenus et de les partager en temps réel. En d'autre termes, il s’agit d’avoir la biographie de l'acteur, acheter la paire de baskets du footballeur que l'on voit sur des contenus des chaînes de Slashe, en temps réel, grâce aux notifications envoyées sur son téléphone portable. Toutes ces interactions rendues possibles grâce à une technologie propriétaire à reconnaissance sonore.

Comment a commencé Slashtag ?

Lenka Galinié : J’ai commencé comme journaliste réalisatrice principalement pour les chaînes TV et les marques. J’ai eu la chance de connaître les prémices des vidéos interactives notamment avec Buzzman et Tippex, les interactions en rollover… Je me suis rendu compte qu’en travaillant avec les producteurs, les chaînes et les marques qu’elles avaient toutes le même souci : la difficulté à capter et fidéliser les jeunes audiences en ligne.  Les premières créations digitales étaient totalement disparates et manquaient d’unité, on créait une chaîne Youtube d’une part, une application et une page Facebook d’autre part, etc. L’identité se dispersait dans les différents développements et les éléments étaient totalement déconnectés.

Si on veut séduire les millenials (75% de la workforce en 2025) qui souhaitent tout avoir en un seul endroit, il faut créer la plateforme qui permettra de tout centraliser.

J’ai d’abord développé la technologie pendant plus d’un an et demi avec des ingénieurs et des développeurs avant d’employer 15 personnes en créant différents pôles : design, stratégie, communication… tout en amorçant la production grâce au premier million d’euros que j’ai pu lever.

Aujourd’hui, tout est ficelé. Dernièrement nous faisions partie de Menorca Millennials, et nous avons rencontrés des investisseurs, des entrepreneurs de renoms, et avons reçu des invitations pour rejoindre des incubateurs de la Silicon Valley. Mais nous nous concentrons sur le lancement européen de Slashtag qui sortira début 2016.

 Nous sommes labellisé French Tech, ce qui nous aide grandement dans notre développement international. Nous avons pu, par exemple, être présents au SXSW 2015 sur le stand de la délégation. La plateforme a été très appréciée notamment par des entreprises comme Sony Ventures, IBM Ventures, Paramount, HBO, M6…

Concrètement, que fait la plateforme Slashtag ?

L.G. : La plateforme combine les usages proposés par Youtube, Facebook et Shazam dans un seul et même endroit. En revanche nous ne diffuserons que du contenu interactif, à partir duquel les vidéonautes pourront acheter, en savoir plus, discuter autour du contenu… L’expérience vidéo sera enrichie et multiple tout en étant sur un seul et même endroit.

Un deuxième volet de la plateforme facilitera la création de contenus interactifs en intégrant 3 pictogrammes dans leurs vidéos : éditorial, e-commerce et géolocalisation. Ces pictos donneront accès à des fenêtres dans lequel les vidéonautes pourront accéder aux éléments.

Mais l’innovation, vient surtout de la monnaie virtuelle qui rétribue les utilisateurs sur le temps passé. Les internautes seront donc récompensés par le simple fait de regarder les contenus, qui leur permettra d’acheter les produits mis à disposition sur le site. Comme une vraie monnaie, la valeur de celle-ci fluctuera… avec une valeur d’entrée et une valeur de sortie. Elle permettra aux chaines de télévision et aux producteurs de doubler la valeur de leurs contenus mais surtout de proposer aux marques internationales des offres basées sur leurs temps d'exposition.

Quel est le business model ?

L.G. : Nous avons créé une solution second screen en marque blanche pour les marques qui s’appuiera sur le placement de produit interactif, étant donné que les internautes pourront acheter la paire de basket en temps réel depuis leur mobile en regardant leur contenu diffusé sur Slashtag. 

Une solution qui permet également aux marques de pousser sur le second device d'afficher leur publicité. Elle ne sera désormais plus "skippé", ni fermé, par les utilisateurs qui pourront regardé plus paisiblement leurs émissions en attendant l'interaction suivante sur leur mobile.

L’opportunité marketing et publicitaire pour les marques sera donc beaucoup moins dans l’interruption et beaucoup plus axée dans la proposition de solution précises et affinitaires avec l’audience et le contenu

premium2
commentaires

Participer à la conversation

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.