actu_30200_vignette_alaune

Rebranding pour le Musée du Sexe de NY

Le 17 févr. 2016

Quand on est une institution sérieuse et respectable, on se doit de véhiculer une image de marque appropriée. C'est pourquoi le Musée du Sexe de New York s’offre un rebranding signé Base Design.

Le Musée du Sexe de New York veut qu’on le prenne au sérieux, et entend bien le faire savoir. Finies les blagues scabreuses et de mauvais goût : tenez-vous le pour dit, l’institution tient à revendiquer son aspect culturel.

Créée avec l’agence Base Design, la nouvelle identité a pour objectif de tordre le cou aux jugements un peu hâtifs qui voudraient que le musée ne soit qu’un vaste entrepôt dédié au culte du porno. Jusqu’alors, le musée travaillait avec le studio de design Pentagram pour son identité. Le rebranding du musée met en valeur le contenu qui s’y trouve : des expositions profondes et un programme qui met en scène le sexe à travers le prisme de l’art, de la mode, de l’histoire et de la science. « L’un des plus gros challenges était de définir ce qu’était le Musée du Sexe, et ce qu’il n’était pas », a déclaré Dan Gluck, fondateur du musée, au Wall Street Journal.


La nouvelle identité visuelle se décline en publicité, sur le site du musée, et dans la signalétique. On y découvre une typographie impactante et des images issues des collections du musée. Si, à l’origine le « X » de « Sex » était mis en valeur par rapport au reste du nom, le Musée retrouve ici ses lettres de noblesse, et l’institution acquiert un statut aussi important que le sujet qui y est exposé. « Ça ne permettait pas de raconter toute l’histoire », explique Dan Gluck. « Cela appuyait trop sur l’érotisme, et nous ne sommes pas une marque érotique. Nous voulons construire une Kunsthalle (une institution artistique sans collection permanente, ndlr) dédiée à la sexualité humaine ».

Min Lew, Associée chez Base Design, raconte que le Musée a toujours été défini par Dan Gluck comme une « plateforme expérimentale ». Geoff Cook ajoute que « Le Musée du Sexe est le point de départ d’un processus d’investigation. C’est un terrain de jeu, un laboratoire ». Vous voilà avertis. 

 

Mélanie Roosen - Le 17 févr. 2016

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.