actu_31933_vignette_alaune

Nema : Portrait de Maison de Production

Charly Cuvillier et Thomas Correia, passionnés d’images et de vidéos, présentent la maison de production Nema. Itinéraire de deux jeunes pousses qui montent.

« Pourquoi l’avoir nommée Nema ? Le nom résulte d’un délire entre potes au moment de sa création. Du grand jeu de mots ! » expliquent Charly et Thomas, sourire aux lèvres et regards complices. Nema Prod est aujourd’hui beaucoup plus qu’un délire entre copains. Un binôme fort de sa passion, de ses rencontres et de son expérience. A 14 ans déjà, les deux compères montaient leurs propres vidéos et participaient à des concours tels que 48 heures Film Project, le concours Eyeka ou encore Dailymotion. Ils créent l’association Nema qui voit ses premiers projets concrets éclore. « Nous aimons tout mettre en œuvre pour qu’un projet soit viable, nous aimons ce que nous faisons et nous nous engageons à 200% dans chacune de nos productions. Plus jeunes, nous demandions à nos amis d’être figurants dans nos vidéos. L’organisation fait partie de nos points forts ».

Amis depuis l’enfance et voisins en région parisienne pendant 18 ans, une grande complicité lie les deux jeunes producteurs. « Nos amis nous influencent beaucoup. De plus, nous aimons les challenges et relever les défis. Nous travaillons toujours en duo. Même si parfois nos points de vue artistiques divergent, nos idées sont complémentaires ».

A sa création, la maison de production comptait six personnes (Six Nema). Parmi eux, Charly et Thomas se retrouvent aujourd’hui à la tête de la SARL (Nema) créée à leur majorité. « A 18 ans, nous avions le choix entre effectuer un stage dans une société de production ou monter notre propre société. Nous avons choisi la deuxième option ». Autodidactes et débrouillards, ils savent allier le sérieux au plaisir en y ajoutant une dose de dynamisme et d’enthousiasme propre à leur génération. « A 23 et 24 ans, nous travaillons avec des gens qui nous ressemblent. Les agences avec lesquelles nous collaborons se retrouvent en nous ».  

Façonnés par les technologies numériques, ces enfants du web sont avides de découvertes. « Nous passons au crible tout ce qui se fait ! ». La musique occupe une large place dans leur travail. « Nous accordons une énorme importance à la bande son dans nos films. Nous avons d’ailleurs adoré produire un documentaire de 52 minutes sur la nouvelle école du hip-hop français ».

C’est avec BETC qu’ils commencent à se faire un nom dans le milieu de la publicité. Dans un premier temps, l’agence leur confie un budget pour la campagne d’Aigle, et réitère l’opération l’année suivante. « Avec BETC comme référence, les agences nous ont accordé plus facilement leur confiance. Aujourd’hui nous ne sommes plus dans une démarche de prospection. Nos clients sont satisfaits de notre travail et nous rappellent  ».

Charly et Thomas élargissent leur terrain de jeu en créant Nema Print, leur agence de photographes. « Passionnés de l’image, la création de ce pôle nous paraissait logique. Depuis 6 mois l’activité s’est intensifiée, les shootings photos s’enchaînent ».

Les deux amis débordent d’énergie. « Les sujets que nous confient les agences sont étudiés avec une grande attention. Nous coordonnons nos idées avec celles de nos réalisateurs choisis avec soin, pour que leur travail soit en adéquation avec le brief. Je trouve cette phase de conception particulièrement intéressante », confie Charly. « L’atmosphère des tournages est également très stimulante. Toute l’équipe est soudée sur un seul et même projet. Pendant près d’une semaine, on vit tournage, on mange tournage et on dort tournage. L’ambiance est particulière, on crée de nouveaux liens avec nos clients et les autres membres de l’équipe », ajoute Thomas.

A l’avenir, ils souhaitent développer le pôle cinéma en tournant un long-métrage ou encore produire les clips d’artistes qu'ils écoutent. Autant de projets à la hauteur de leurs ambitions. « La télévision, le cinéma et la publicité sont trois marchés qui, économiquement, fonctionnent différemment. Dans l’idéal, nous souhaiterions nous structurer avec deux pôles distincts : cinéma et publicité. Mais ce ne sera pas dans l’immédiat », terminent-ils en esquissant un sourire.

premium2
commentaires

Participer à la conversation

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.