habillage
premium1
huawei

Interview : la stratégie I.A. et photo d'Huawei

L'ADN
Le 7 mars 2017

De retour du Mobile World Congress de Barcelone, Vincent Vantilcke, Directeur Marketing France d'Huawei revient sur la stratégie de la marque pour devancer Apple et Samsung.

Vous revenez du Mobile World Congress de Barcelone, s’il fallait retenir une chose, quelle serait-elle ?

VINCENT VANTILCKE : Indéniablement les intelligences artificielles. On parle encore de smartphone mais avec les intelligences artificielles, il faudra parler de « superphone ». Ces intelligences nous permettront de proposer des produits qui anticiperont nos besoins ou iront chercher les informations de façon sélective car elles auront analysé et appris ce qu’on aime, ce qu’on fait, où on va…

Elles permettent également d’améliorer les performances du produit. Par exemple, le machine learning que nous avons intégré sur le P10 apprend des usages des consommateurs (applications les plus utilisées, a quels moments, etc) et optimise les ressources en fonction des usages. Il nous permet d’économiser sur la durée de vie du processeur pour lui permettre d’être au même niveau de performance pendant au moins 18 mois.

On voit également que ces intelligences sont capables d’identifier de façon intelligente ce qu’on photographie. C’est le cas dans le P10 qui a une reconnaissance du visage en 3D, dès lors que l’on active la fonction portrait, on reconnaît le visage et on va avoir un traitement de l’image très différent qui permettra de faire ressortir les contrastes et mettre le visage en avant par rapport au reste de la photo.

Travail d’algorithmes, des capteurs, de la sémantique… sont autant de choses qui sont importantes auxquelles nous consacrons une partie de nos investissements en R&D.

L’année dernière lors du MWC, vous annonciez votre partenariat avec LEICA où en êtes-vous dans votre « stratégie photo » ?

Avec LEICA nous continuons ce travail synergique : on co-produit, on collabore ensemble, on réfléchit à quoi doit ressembler la photo de demain… Nous ne sommes plus uniquement sur « la belle photographie », nous cherchons toujours la photo qui va émouvoir et que l’on va vouloir garder, imprimer ou mettre sur nos réseaux sociaux car elle aura un supplément d’âme. C’est dans ce sens que nous travaillons avec LEICA sur un certains nombre de fonctionnalités. On peut par exemple citer le fait que nous avons été les premiers à intégrer des effets bokeh, jusqu’ici réservés aux réflexes. Ces photos qui intègrent un flou artistique confèrent quelque chose de particulier en accentuant le rapport entre 1er et 2nd plan. On cherche à apporter le côté artistique de la photo au smartphone, ce qui est très différenciant des concurrents. La photo artistique est quelque chose de propre à Huawei avec un beaucoup de fonctionnalités développées comme  le portrait, la profondeur de champs, et le capteur dédié au N&B.

Nous avons été jusqu’à créer un centre de R&D avec LEICA dans les domaines de nouveaux systèmes optiques, de l’imagerie numérique, de la réalité virtuelle, de la réalité augmentée. Nous sommes vraiment dans une réflexion où on approfondit ce partenariat pour imaginer les produits et les logiciels qui permettront les nouveaux usages de demain.

D’où vient cette stratégie ?

Elle est à la croisée de notre vision et de l’écoute des consommateurs. Si l’on regarde une étude récente menée par DXO, on peut y lire que 50% des photographes le sont aujourd’hui avec un smartphone et que 90% des images uploadées sur le web le sont également avec un smartphone. La photographie n’est plus réservée qu’aux réflexes. Le smartphone n’est plus un parent pauvre de la photo, c’est un produit à part entière. Une entreprise comme la nôtre ne peut pas ignorer ces usages et doit essayer de les anticiper.

Cette posture est essentielle sur les smartphones qui représentent un des rare produit dont la fonctionnalité première s’est effacée derrière les autres. Et si vous regardez la façon dont les plus jeunes l’utilisent cela est d’autant plus flagrant. Ils « chatent » mais téléphonent très peu. Si le micro de leur téléphone ne marche plus cela n’est pas un sujet pour eux…

Vous incarnez cette stratégie et ce positionnement photo avec une création française : la Huawei Photo Academy. Pouvez-vous nous dire un mot sur son rôle et son fonctionnement ?

Sur la plateforme Huawei Photo Academy nous mettons en avant des contenus qui sont pris par des photographes ou des fans avec nos produits. Via cet espace, les internautes ont l’opportunité d’intégrer un programme : le  Huawei Photo Reporter. Ils peuvent postuler pour devenir un reporter pour notre marque et couvrir des événements comme le Festival Circulation ou le Mobile World Congress.

La plateforme réunit un contenu extrêmement qualitatif avec une très belle curation qui forme un mélange d’images et de mots qui racontent les histoires que nous écrivons avec nos consommateurs. C’est ce qui nous intéresse aujourd’hui dans notre façon de faire du marketing : être proche des consommateurs et raconter ensemble ce qu’est Huawei.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.