premium 1
netscouade

La Netscouade : à la recherche du sens perdu

Le 29 sept. 2017

Ils veulent être des « artisans du sens » et « du faire », aider les marques à accoucher d’idées vraies et recréer du lien avec leurs communautés. Rencontre avec La Netscouade, agence intello mais pas que !

Ancienne équipe de campagne numérique de Ségolène Royal, La Netscouade fêtait récemment ses 10 ans. Mais depuis les élections présidentielles de 2007 et la gestion de la social newsroom de l’ex-candidate, les vents ont bien tourné. En 2009, l’agence renforce ses prestations social media et création de sites avec le déploiement de contenus de marques enrichis : « Nous avons commencé à produire des contenus sur des thématiques corporate, notamment pour Renault pour qui nous avons créé le média Mobilité Durable. C’était déjà le début de quelque chose de nouveau pour nous. », explique Ronan Le Goff, co-fondateur et Directeur éditorial et social media de l’agence.

En 2016, le groupe informatique Open annonce le rachat de l’agence pour renforcer son expertise en communication digitale, une aubaine pour La Netscouade qui a désormais les moyens d’investir encore plus dans son avenir en se rapprochant des univers du big data, de l’IoT ou encore de l’intelligence artificielle : « Nous voulions nous développer dans le cadre de cet écosystème, apprendre des autres entités digitales du groupe, expérimenter, grandir. C’était tout l’intérêt de ce rapprochement : être plus forts et participer activement à cette transformation numérique ! », poursuit Ronan Le Goff. Dans le cadre de ce développement, le renforcement de l’équipe de direction avec l’arrivée de Sander Cisinski à la Direction générale de l’agence. « C’est pour ça que je suis venu, pour les aider à accoucher du projet de La Netscouade pour les dix prochaines années ! », explique ce dernier en souriant.

Le souci de la chose publique, de la transmission, les thématiques sociétales, la recherche de ce qui fait sens… ce sont toutes ces choses qui font que nos clients ou nos collaborateurs viennent vers nous.

- Sander Cisinski

Si l’image institutionnelle de La Netscouade lui colle encore à la peau, elle lui aura aussi permis de se frayer un chemin dans le monde des agences. « J’ai toujours gravité dans l’univers des institutions sur des problématiques de communication. », explique Ronan Le Goff. « C’est en intégrant cette sphère à la fois politique et numérique que nous avons pu travailler sur nos premiers budgets. », poursuit-il. Leur premier client ? Mediapart, dont les locaux sont aujourd’hui à côté des leurs. Aujourd’hui, La Netscouade se construit autour de deux pôles complémentaires : « Nous sommes encore dans une logique d’agence intégrée avec des personnes capables de faire de la strat, de la créa, de la conception UX et UI… », explique Florian Prenveille, Directeur de la création de l’agence. « Dans la continuité, nous avons une section éditoriale qui traite de médias sociaux et de contenus de marques. », poursuit-il.

Je pense vraiment que l’on peut transformer la société en bien grâce au digital, trouver des solutions innovantes pour créer du lien entre différentes parties prenantes.

- Ronan Le Goff

Au sein des équipes, pas de parcours type mais beaucoup de profils éclectiques avec certaines aspirations en commun : « Le souci de la chose publique, de la transmission, les thématiques sociétales, la recherche de ce qui fait sens… ce sont toutes ces choses qui font que nos clients ou nos collaborateurs viennent vers nous. », observe Sander Cisinski. « Je pense que nous préférons tous bosser sur de beaux sujets plutôt que sur de belles marques ! », poursuit-il. Une vision de la communication « qui se rapproche davantage des sciences sociales que du marketing », ajoute Florian Prenveille. Ils ont aussi une certitude, celle que le digital peut être vecteur de lien(s) plutôt que de désunion.
Actuellement, les équipes travaillent activement sur la présence sociale du Sénat et du CNES (Centre National d’études spatiales), deux  organismes pour lesquels l’agence a implémenté des newsrooms embarquées. À l’intérieur, des équipes dédiées y travaillent en temps réel, 7 jours sur 7 et 24/24. « Nous essayons de rendre leurs contenus intelligibles, de présenter les acteurs majeurs, de raconter une histoire… je pense vraiment que l’on peut transformer la société en bien grâce au digital, trouver des solutions innovantes pour créer du lien entre différentes parties prenantes. », explique Ronan Le Goff. « Il y a toujours une valeur sociétale et des problématiques très corporate dans nos projets, qu’il s’agisse de question de RSE pour L’Oréal ou de mobilité et de développement durable pour Renault. », ajoute-t-il. Des sujets dans le vent qui redéfinissent la façon dont s’expriment aujourd’hui les marques ! « Nous sommes passés d’une communication orientée produit, bénéfice et expérience client à une communication beaucoup plus institutionnelle, sociétale, raisonnée… », observe Sander Cisinski. « Je pense que tout ça est lié à la puissance de ces nouveaux enjeux ; qu’il s’agisse de RSE, d’éco-responsabilité ou même de transparence. Les marques doivent désormais dire ce qu’elles pensent et s’exposer, quitte à prendre des risques. », conclut-il.
De nouveaux codes qui leur vont bien et sur lesquels ils peuvent expérimenter de nouveaux formats. « Nous avons toujours eu à cœur de nous positionner sur ce medium de transmission. Et si nous sommes encore souvent qualifiés d’intellos, nous restons quand même une agence « du faire ». Nous avons une démarche très expérimentale. », souligne Ronan Le Goff. La preuve, la mise en place d’un projet de R&D sous la forme d’un studio de production (Cut Cut Prod), une cellule dédiée à l’exploration de nouveaux modes de narration. De quoi dépoussiérer la com institutionnelle de ces 10 prochaines années !
Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.