premium 1
Fondateurs agence JIN

JIN, la bienveillance au service de l’influence

Le 19 mai 2017

Chez JIN, l’influence se conjugue au prisme de l’utilité, de la créativité et de la performance. Rencontre avec les co-fondateurs de l’agence.

Oubliez les relations publiques classiques : ici, il faut aussi bien manier le langage de la tech que celui de la stratégie. Quand Edouard Fillias, Romain Boudré et Alexandre Villeneuve se réunissent il y a 5 ans pour monter JIN, c’est avec l’ambition de créer une « One stop shop » où les marques et les individus découvrent un nouveau sens à l’influence.

Le métier, porté par un contexte de croissance de la demande en matière d’influence digitale, consiste, grâce aux insights établis par les données, à accompagner les clients qui ont besoin de se faire connaître, de développer leur image ou de la défendre. « Dans un paysage où les médias se multiplient, les marques sont rapidement perdues. Les stratégies classiques de type achat de masse ont des rendements décroissants ». Et face aux « anticorps » développés par les individus face à la publicité et la communication, il existe un besoin crucial de réinventer le dialogue. « Les gens ne veulent plus digérer n’importe quoi, n’importe comment. Ils recherchent une relation de confiance », nous explique Edouard Fillias. « JIN a cette mission de rapprocher les marques et leurs publics, aussi bien sur des sujets corporate que consumer ».

Le point fort de l’agence, c’est sa maîtrise de la technologie : ce qui « se passe sous le capot », en termes de SEO, SEA et achat média, est entre les mains d’experts dédiés au sein de l’équipe d’Alexandre Villeneuve. S’y ajoutent les métiers liés à la veille et l’analyse de l’opinion, portés par des outils internes développés au sein du Lab dirigé par Romain Boudré. « Aujourd’hui, les clients retrouvent ces métiers dans des agences éparses. Nous avons l’avantage de créer un point d’entrée unique pour qui souhaite développer son influence online et offline. C’est aussi pourquoi nos consultants sont généralistes : nous ne séparons pas digital et RP ! ». Chez JIN, un consultant, qu’il soit junior ou senior doit savoir tout faire. « On leur confie l’ensemble des besoins des clients, qui viennent chercher chez nous un axe conseil, stratégique et créatif ». En ce sens les équipes ne se contentent pas de collaborations éphémères : l’idée est d’accompagner les marques sur la durée.

Et puisque JIN signifie « bienveillance » en japonais, l’agence s’attèle à créer des conversations fines, et adaptées au contexte. « Sur internet, il ne faut pas viser les gens avec de grosses techniques marketing : il faut s’approcher au plus près de leurs usages et comportements ».

L’agence s’appuie sur un réseau bien organisé. En plus du bureau parisien, l’agence est présente à Londres, à Hambourg et bientôt à New York. En parallèle, les équipes bénéficient de l’expertise de spécialistes indépendants à travers le monde. L’objectif : lier image et business à travers des dispositifs internationaux cohérents.

Toujours dans une optique de performance, les équipes développent des outils pour renforcer leur offre. « Les technologies que nous créons font partie des services qu’on propose à nos clients en package ou de façon indépendante ». Parmi ces outils, Plugr permet de trier les informations utiles grâce à l’analyse des conversations sociales, afin de fournir le bon élément au bon moment aux décideurs et opérationnels. Quels articles lire, de quels médias se rapprocher, quels influenceurs suivre… « Il y a un réel enjeu de big data derrière ce produit ». Autre petite merveille à venir : le Pitchboy, pour lequel la BPI vient de donner son soutien. « Nous sommes persuadés du potentiel incroyable de la réalité virtuelle. Notre ambition est de créer un simulateur de prise de parole en public : nous voulons mettre les commerciaux en situation pour qu’ils s’entraînent à faire leur pitch ». Le simulateur étudiera les mots-clés prononcés, le débit, les inflexions de la voix, le stress, le regard… et donnera une note finale à l’utilisateur pour la qualité de son speech. Il pourra s’adapter au scénario et au niveau de difficulté choisis.

Vous avez dit génie ?

La première version devrait voir le jour avant l’été. On a hâte, d’autant que JIN devrait nous réserver d’autres belles surprises…

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.