habillage
premium1
actu_28760_vignette_alaune

Informer n’est pas un délit

Le 19 nov. 2015

Une première en France : 16 journalistes d’investigation se sont réunis autour du même papier, pour marier leurs plumes et nous raconter dans un livre de 232 pages leurs enquêtes censurées. La raison ? La menace d’une directive européenne actuellement à l’étude pour verrouiller l’information. Et clairement remettre en question la liberté de la presse.

En citant Georges Orwell en introduction du livre, la journaliste Elise Lucet (Cash Investigation) rappelle que “le journalisme consiste à publier ce que d’autres ne voudraient pas voir publier. Tout le reste n’est que relation publique”. Rien de plus vrai hier, aujourd’hui, et demain : le journalisme n’a pas fini de déranger.

 

Et pourtant, les journalistes,  la liberté de la presse, c’est notre Histoire, notre fierté, la France en tête :

 

  • 1789 : la Déclaration des droits de l’Homme et du citoyen stipule dans son article 11 que « la libre communication des pensées et des opinions est un des droits les plus précieux de l'homme; tout citoyen peut donc parler, écrire, imprimer librement [...] ».

  • 29 juillet 1881 : la loi sur la liberté de la presse est votée, elle garantit l’indépendance des médias. L’article Ier énonce que « l'imprimerie et la librairie sont libres ».

  • 1948 : c’est dans la Déclaration universelle des droits de l’homme que la liberté d’expression, et donc de la presse, fait son apparition : « tout individu a droit à la liberté d'opinion et d'expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre, sans considérations de frontières, les informations et les idées par quelque moyen d'expression que ce soit » (article 19).

 

C’est cette Histoire que remet en question ce discret amendement mené par Emmanuel Macron, ministre de l’Économie Française, depuis janvier dernier (loi Macron) : “Bientôt, les journalistes et leurs sources pourraient être attaqués en justice par les entreprises s’ils révèlent ce que ces mêmes entreprises veulent garder secret.” (Elise Lucet). Et c’est pour conserver cette Histoire que le collectif “Informer n’est pas un délit” s’est constitué et a écrit ce livre, composé de 12 exemples concrets d’enquêtes censurées. Ces 16 journalistes nous livrent leur quotidien et tentent de continuer à faire vivre cette Histoire en faisant leur métier, et en informant chaque jour le grand public. Ce livre est leur appel au secours, il s’adresse à l’ensemble des citoyens pour lutter contre toutes les grandes techniques de censure qui mènent aujourd’hui l’information : discrédit, pression économique, menaces, politisation de l’information etc.

 

Citons Voltaire :  “Soutenons la liberté de la presse, c’est la base de toutes les autres libertés, c’est par là qu’on s’éclaire mutuellement.” Mobilisons-nous avec eux, pour rester informés, et libres.

 

@CarolineMrtn

 

Préface
Elise LUCET, France 2

Le droit et le travers
Fabrice ARFI, Mediapart

Les nouvelles officines
Gérard DAVET, Le Monde
Fabrice LHOMME, Le Monde

Délit de journalisme
Denis ROBERT, écrivain & documentariste

Au Parlement, l’information est une guerre d’usure
Mathilde MATHIEU, Mediapart

Subtil contrôle en baronie
Hélène CONSTANTY, L’Express & Mediapart

Les filets dérivants
Benoît COLLOMBAT, France Inter

Le mur des communicants
Laurent RICHARD, Premières lignes

“Je vais te tuer”
Caroline MONNOT, Le Monde
Marine TURCHI, Mediapart

Dans l’enfer du “secret-défense”
Christophe LABBÉ, Le Point
Olivia RECASENS, Le Point

Localement, suivre l’argent
Jacques-Olivier TEYSSIER, Montpellier Journal

Le monde orwellien du secret des affaires
Martine ORANGE, Mediapart

De la liberté d’informer
Paul MOREIRA, Premières Lignes

 

 

Pour suivre l’actualité du collectif :

http://chn.ge/1EZn02L

Pour vous procurer l'ouvrage, rendez-vous ici.

En vidéo :

 

 

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.