actu_28622_vignette_alaune

Flashgap, l'appli mémo pour les fêtards

Marre des trous noirs après une soirée bien alcoolisée ? Flashgap, une application très inspirée du film Very Bad Trip, vous propose d’y remédier avec un album de photos témoins à découvrir au petit matin. Déjà en France, l'appli s'attaque maintenant aux USA.

Rien de plus désagréable que de se lever au petit matin, la bouche pâteuse, la tête en vrac, avec l’impression d’avoir passé une super soirée ou d’avoir trop abusé, et de ne rien se remémorer. Et pourtant c’est une situation qui peut arriver à tous. Julien Kabab, PDG et co-fondateur de l'application Flashgap, alors qu’il était encore étudiant avait déjà trouvé une solution : « Avec mes amis nous avions l’habitude de sortir en bande et nous emmenions toujours avec nous une GoPro que l’on se passait de tête en tête pendant la soirée. » Au petit matin, il leur suffisait de brancher la GoPro à la télévision et de redécouvrir, ou plutôt découvrir, ce qui c’était passé la veille sous tous les angles possibles et imaginables. « C’est un sentiment très agréable de découvrir avec ses amis, au même moment, ce qui s’est réellement passé. Souvent après un évènement comme un mariage, une soirée ou un concert, tout le monde s’envoie des photos, mais le fait très mal, en décalé, et cela ne profite en rien au fait de se remémorer des souvenirs. J’ai eu un véritable déclic en voyant le film Very Bad Trip : Flashgap était né ».

Après en avoir parlé à trois de ses amis, tout juste diplômés comme lui, et passé quatre à cinq mois sur le développement du produit et sa communication, la première version de Flashgap est sortie pour le nouvel an l’année dernière. Grâce à cette application les fêtards peuvent désormais prendre des photos ou des vidéos lors d’une soirée : si celles-ci s’effacent au bout de trois secondes, elles sont en réalité transférées à un album privé commun. Elles ne réapparaitront que le lendemain matin permettant ainsi au groupe d’amis de redécouvrir leur soirée et tout ce qu’ils ont oublié.

« Au nouvel an, nous n’avions aucun sou en poche. La création de la société nous avait coûté 10 000 euros et les avocats nous avaient absolument tout pris. On a alors joué sur les Relations Presse et cela a très bien pris pour le nouvel an : influenceurs et sites de tendances nous ont consacré de très bons articles. 45 000 téléchargements ont été effectués en une semaine. La croissance organique n’a alors pas cessé de croître et cela nous a permis de lever 250 000 euros en mars pour agrandir l’équipe. », explique Julien Kabab.

L’application mobile française Flashgap s’est alors attaqué au marché britannique et cela a cartonné : il faut dire que les Anglais sont réputés pour être de bon fêtards et aimer les applications mobiles. 8 mois après son lancement, l’application gratuite compte 150 000 utilisateurs en France et en Angleterre et plus de 2 millions de photos ont déjà été partagées sur la plateforme.
Aujourd’hui, la startup vient de réaliser une levée de fonds d’un montant d’1,5 millions d’euros et annonce son lancement aux Etats-Unis. « La moitié de l’équipe est américaine. J’ai vécu dix ans la bas et je connais bien le marché américain. »

La levée de fonds, réalisée auprès d’investisseurs français et américains, ainsi que sur la plateforme de financement participatif Anaxago à hauteur de 600 000 euros, permettra à Flashgap de se déployer aux Etats-Unis et d’ouvrir des bureaux sur place dans un second temps. La startup est conseillée par Bertrand Schmitt, PDG et fondateur de la société d’analyse d’applications App Annie à San Francisco, quant à sa stratégie à adopter sur le territoire américain.

« Les applications de partage de photos sont très populaires auprès des jeunes aux Etats-Unis. Flashgap se différencie de toutes celles qui sont actuellement présentes sur ce marché par l’effet de surprise qu’elle provoque le lendemain d’un événement. Nous sommes convaincus du fort potentiel que représente Flashgap en Amérique et notre objectif premier est d’atteindre 500 000 utilisateurs américains actifs avant le nouvel an. »

Situé dans le sentier, la startup compte 13 personnes dans ses équipes et quatre co-fondateurs. L'application est disponible gratuitement sur l'Apple Store et sur Google Play.

premium2
commentaires

Participer à la conversation

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.